Recherche

Plus de tente personnes ont été assassinées au cours du mois de février

Des commerçants emprisonnés arbitrairement à Mpimba

mercredi, 08 mai 2019 09:25
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Les commerçants des petits Kiosques situés à la neuvième avenue de la zone Bwiza, commune Mukaza de la mairie de Bujumbura s’insurgent contre le comportement de certains policiers qui ont démoli leurs Kiosques et emportés certaines de leurs marchandises. Ces commerçants demandent aux administratifs que leurs marchandises leur soient restituées vu qu’ils avaient l’autorisation de prester à cet endroit.

Les commerçants qui se sont entretenus avec la RPA indiquent que les policiers ont procédé à une fouille depuis quatre heures du matin. A six heures, ils avaient déjà terminé la fouille et trois personnes ont été arrêtées et conduites au Bureau Spécial de Recherche.

 

Après la fouille, un certain André Muyeye, natif de la zone Bwiza, a dit aux policiers de démolir des kiosques situés à la neuvième avenue selon les mêmes sources. Ces dernières indiquent qu’au total, dix-sept kiosques ont été détruits. Certaines marchandises ont été jetées dans un caniveau situé sur cette avenue selon ces commerçants. Ces derniers accusent également les policiers d’avoir volé une somme d’argent inconnue et quelques objets qu’ils ont cachés dans leurs poches.

 

« Les policiers ont bu, sans payer, les boissons alcoolisées qui étaient dans les kiosques. Ils ont même renversé des casseroles qui contenaient le haricot. Ces policiers étaient très nombreux à la 9ème avenue. C’est Muyeye qui a donné l’ordre de démolir les kiosques et pourtant c’est l’administrateur qui nous avait donné cette place. Il nous avait autorisé à mener nos activités à cet endroit tout en veillant à la sécurité des environs. » Indique un des commerçants

 

Certains habitants de la neuvième avenue dans cette zone de Bwiza ne cachent pas leur colère contre les policiers et le dénommé André Muyeye qui se croit tout permis. « Parfois ce Muyeye se prend pour le chef de dix ménages. Il se considère aussi comme le chef de cellule. Ces personnes arrêtées avaient des cartes d’identités. Nous pensions que c’était un contrôle habituel des cahiers de ménages mais aujourd’hui ces policiers en ont profité pour faire autre chose à cause de ce type. »

 

Les personnes arrêtées ont par après été transférées à la prison centrale de Mpimba où ils ont passé leur première nuit.

Lu 203 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2019 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

21 mai 2019

Press releases from Africa-Neswroom.com

Qui est en ligne?

Nous avons 198 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha