Les enfants fortement touchés par la malnutrition selon l’UNICEF

juillet 13, 2016 0 1928
Rate this item
(0 votes)

Les enfants burundais continuent de subir les conséquences de la crise survenus depuis avril 2015. L’Unicef rapporte que 60% des réfugiés burundais sont des enfants et la malnutrition ainsi que les maladies font parti des autres défis auxquels ces enfants font face.

 

Les 15.760 enfants recensés par le Ministère de la santé comme menacés par la malnutrition aigüe depuis janvier 2016 ne représentent que 32% de la population concernée, selon l’Unicef.

 

800.000 enfants de moins de 5 ans sont également menacés par l’insécurité alimentaire selon le Programme alimentaire mondial (PAM), qui précise que « 50% de la population burundaise sont touchés » dans son analyse d’avril 2016 reproduit par l’Unicef.

 

Pour palier à cette problématique, l’Unicef dit avoir débuté une campagne d’identification. Ainsi, 70.391 enfants âgés de 9 à 59 mois dans la Province de Bujumbura dite rurale ont déjà été identifiés comme souffrants de la « malnutrition sévère ». Les aliments thérapeutiques appropriés seront alors distribués comme cela a été fait dans certains coins du pays, indique l’Unicef.

 

Dans son récent rapport, l’Unicef indique que les enfants burundais sont également menacés par la malaria et le choléra. « Une population de plus de 4 millions est touchée par la malaria dont plus de 2.000 décès », rapporte l’Unicef qui reproduit le rapport du ministère de la santé datant du 23 juin 2016.

 

L’Unicef ne précise pas l’effectif des enfants touchés par la maladie mais « ces enfants sont également touchés par le choléra dans 3 districts de santé au sud du Burundi sans faire de victimes en 2016 ».

 

Comme au Burundi, les enfants sont à la merci de la malnutrition et les maladies dans les camps de déplacés et des réfugiés.Sur un effectif des réfugiés burundais qui s’est élevé jusqu’à atteindre 269.583 en Tanzanie, RDC, Rwanda, Ouganda et en Zambie, « les enfants occupent 59% de ces réfugiés ».

 

Les enfants occupent le même pourcentage dans les camps de déplacés enregistrés dans cinq provinces du Burundi, selon l’Unicef, qui explique que « la plupart d’entre eux ont fui leurs domiciles pour des raisons sociales et politiques ».

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.