Makamba : les habitants dénoncent un rançonnage par les autorités administratives

mai 12, 2016 0 2010
Rate this item
(0 votes)
A Makamba, province du sud frontalière à la Tanzanie, les habitants sont en rogne contre les responsables administratifs.
 
Depuis quatre mois, ces mêmes habitants sont contraints de payer une somme comprise entre 500 et 50.000 francs par mois. Officiellement, la raison avancée est que cet argent sert à la construction d’infrastructures publiques, mais les contribuables dénoncent plutôt un vol organisé et forcé.
 
 
Les fonctionnaires de l’Etat sont les premiers à dénoncer cette mesure qui les exige à contribuer « obligatoirement ». Les responsables administratifs ont expliqué que ces « contributions » serviraient à construire un building en étage qui abritera le futur bureau du Gouverneur de province.
 
D’après nos enquêtes, les montants exigés varient « en fonction du statut » du contribuable. Ainsi, les enseignants doivent verser chaque mois 5.000 francs durant quatre mois, soit 20.000 francs au total. Les Directeurs des écoles publiques paient 10.000 francs chaque mois, soit 40.000 francs chacun. 
 
Les magistrats et les médecins sont classés dans une catégorie supérieure car l’administration leur exige de verser 50.000 francs chacun, soit 200.000 francs au bout de quatre mois. Aucun reçu ou quittance n’est donné en retour à chaque personne qui verse ces montants ; de même, les « versements » se font en espèces car aucun compte bancaire n’est prévu pour recueillir les paiements reçus. Toute personne qui ose demander un reçu ou une quittance se voit répondre d’attendre : « la quittance leur sera donnée plus tard ».
 
Selon plusieurs sources à Makamba, ces contributions forcées sont perçues comme du rançonnage. Beaucoup se plaignent de devoir verser cet argent alors que la pauvreté fait rage dans les familles surtout depuis le début de la crise en 2015. 
 
« Quand on demande sur quelle base ils ont fixés les montants à verser par chacun ou dans combien de temps le building sera construit, on ne reçoit aucune réponse ! On nous dit juste qu’il s’agit d’un ordre venu d’en haut dans la hiérarchie. Nous estimons que c’est du rançonnage. Nous demandons que cela cesse rapidement car ils sont incapables d’expliquer où va cet argent » dénonce un habitant qui a requis l’anonymat. 
 
Ces contributions forcées concernent aussi les parents d’élèves du secondaire comme c’est le cas dans la commune de Kibago. Dans cette même commune, un fonctionnaire de l’Etat doit donner 2.000 francs, un élève verse 500 francs tandis que chaque ménage de Kibago contribue à hauteur de 1.000 francs. Comme motif donné, c’est que « l’argent servira à l’achat des livres scolaires ». Les élèves de 10ème année sont pour leur part contraints de verser 1.000 francs « pour mieux se préparer au test national ».   
 
Pour les habitants, la situation est très pénible. Les personnes qui ne parviennent pas à contribuer « dans les temps », notamment pour la construction du futur bureau du Gouverneur, sont ainsi contraintes de signer un acte d’engagement indiquant qu’ils verseront ces montants par après.

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.