Mutenderi : 7.000 scolarisés se partagent une dizaine de salles de classe

septembre 23, 2016 1644
Rate this item
(0 votes)
Quelques jours après la rentrée scolaire, la question de l'éducation au camp des réfugiés burundais se trouvant en Tanzanie se heurte à des difficultés. Non seulement l'effectif des scolarisés est très élevé, mais les locaux font également défaut, au grand désespoir des professeurs qui ne voient pas comment enseigner dans de telles conditions.
 
Dans le camp des réfugiés Burundais de  Mutenderi en Tanzanie, l'année scolaire 2016-2017 a commencé ce lundi 19 septembre 2016. Dans ce camp, selon certains enseignants, il n'y a seulement que deux classes pour un effectif de près de 7.000 élèves du primaire et du secondaire. 
 
Pour ces enseignants, leur travail est très compliqué. « L'effectif des élèves est de près de 7.000 et d'autres continuent à se faire inscrire.  Vous voyez que c'est un camp avec 12 classes, nous nous arrangerons à ce que chaque enfant trouve une place pour suivre les cours. Par exemple, la première année, nous avons besoin de 12 salles de classe et il y en a deux seulement qui sont disponibles. Nous faisons tout pour que ces enfants puissent étudier », déclare un enseignant.
 
Les enseignants donnent les cours par groupe, ce qui fait que chaque enfant étudie peu de temps par jour de classe. La 1ère équipe étudie de 8 heures à 10 heures, le 2ème enseignant avec son groupe prolonge la séance jusqu'à 15 heures et le dernier groupe termine la séance à 17 heures. A cela s'ajoute le manque criant de matériel didactique. Ainsi, des écoliers s'assoient à même le sol. 
 
Pour l'enseignant, il n'a même pas le temps de suivre ses élèves ou de préparer convenablement ses leçons. Une seule classe compte plus de 250 élèves, les bancs sont insuffisants et quelques élèves s'assoient par terre. 
 
Les parents et les enseignants demandent aux bienfaiteurs de contribuer pour résoudre ce problème d'éducation au camp de Mutenderi, comme ils le font pour d'autres enfants Burundais réfugiés dans d'autres pays de la sous-région.
Tags

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.