Trente et un décès dans le camp de réfugiés de Nduta en Tanzanie

janvier 26, 2016 0 4107
Rate this item
(0 votes)
Le camp de réfugiés Burundais de Nduta en Tanzanie enregistre 31 morts en à peine 4 mois après son ouverture. Les soins de santé très précaires, parfois inexistants sont à l’origine de ces nombreux décès.  
 
Ces morts sont causées par diverses maladies. Les enfants en bas âge sont les plus touchés : parmi les 31 recensés, 27 sont des enfants. Emeline YAPEMUNGU, une fillette de 5 ans, est la dernière victime en date enterrée mardi 19 janvier 2016. Dans un premier temps, elle avait été auscultée dans une structure sanitaire, mais aucun diagnostic de maladie n’a été fait. Par après, ses parents l’ont emmené chez des féticheurs sans qu’il y ait d’évolution. Ils sont donc retournés vers les médecins, mais il était trop tard, la petite fille a rendu l’âme.
 
Dans ce camp de réfugiés, pour être admis à une prise en charge médicale, « il faut être fiévreux sinon on te recommande le repos » témoignent des réfugiés. Un des infirmiers le confirme et dit que ce sont les instructions de leurs supérieurs. En conséquence, ceux qui ne sont pas soignés font recours à des charlatans qui vendent des médicaments clandestinement. Aussi, certains réfugiés burundais de Nduta se sont improvisés en médecine traditionnelle, dans laquelle ils font fortune.
 
Mis à part le manque de médicaments, les réfugiés du camp de Nduta meurent également par négligeance de certains infirmiers. « Récemment, une personne est morte alors que des infirmières se tournaient les pousses et se regarder dans le miroir », nous révèle un témoin. Les médecins de l’ONG Médecins Sans Frontières (MSF) les ont aussitôt renvoyés.  
 
Aujourd’hui, les morts dans ce camp de Nduta pourraient dépasser les 31 personnes recensées au cimetière. Car au départ, le camp n’avait pas de cimetière, il a été installé 2 mois après l’ouverture du camp. Les principales maladies qui menacent les réfugiés burundais sont la malaria, la toux, l’anémie et la diarrhée.
 
Ouvert le 7 Octobre dernier, le camp de Nduta abrite 41.000 réfugiés burundais. Le HCR prévoit d’y accueillir 50.000 réfugiés.   

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.