Deux hommes kidnappés à Buringa par un groupe armé

novembre 03, 2016 0 2272
Rate this item
(0 votes)
Deux personnes ont été enlevées lundi par un groupe d'hommes armés dans la zone Buringa de la commune Gihanga en province Bubanza. Ce groupe armé est basé dans la réserve naturelle de la Rukoko. La population de Buringa indique que les victimes n'appartiennent à aucun parti politique ; mais qu'elles sont plutôt parmi les responsables de l'Eglise « Libre Méthodiste de Buringa ».
 
Albert Bwenge, pasteur à l'Eglise Méthodiste de Buringa et Abel Baranyikwa, prédicateur à cette même Eglise de Buringa ont été enlevées ce lundi vers 21 heures.
 
Selon des sources dans cette partie de la province Bubanza, le pasteur Albert Bwenge accompagnait Abel Baranyikwa lorsqu'ils sont tombés dans une embuscade menée par un groupe d'hommes armés en provenance de la réserve naturelle de Rukoko.
 
« Ils venaient de terminer la prière. Albert Bwenge rentrait chez lui et Abel, un enseignant, l'accompagnait. Arrivés devant la maison de Bwenge, ils ont été kidnappés par cinq personnes armées qui les ont emmenés dans la réserve de la Rukoko en leur intimant l'ordre de n'alerter personne, sous peine d'être tués », témoigne un habitant de Buringa.
 
Lorsque l'un des proches des victimes a appelé sur leur téléphone, c'est un des ravisseurs qui lui a répondu ; déclarant qu'ils combattent le pouvoir du Président Nkurunziza.  
 
« Un parenté de Bwenge a tenté de le joindre sur son téléphone portable. Un des ravisseurs lui a répondu qu'il était entre leurs mains et qu'il ne servait à rien de continuer à l'appeler. Il a aussi dit nous sommes une force qui combat le régime Nkurunziza. Il a ajouté qu'il en savait beaucoup sur Bwenge, notamment que c'était un Imbonerakure qui jetait les corps des personnes après les avoir tuées », poursuit notre source.
 
La population de Buringa précise néanmoins que les deux personnes enlevées n'appartenaient à aucun parti politique. « Ce sont des serviteurs de Dieu », ajoutent les habitants. La même population s'inquiète de cet enlèvement survenu à une dizaine de mètres seulement d'une position militaire.
 
L'administrateur de Gihanga Léoplod Ndacayisaba n'a pas voulu répondre à nos questions concernant ce kidnapping.

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.