A la une

Editorial

  Editorial   Pourquoi parler et éditer sur la décision des médias privés burundais à boycotter la synergie de la conférence publique...

Des puissances et les défenseurs des droits humains plaident pour la libération...

Les représentants des différents pays, différentes organisations internationales ont déjà exprimé leurs préoccupations par rapport à l’Etat de santé...

Le parlement européen dénonce de graves violations des droits de l’homme au...

Le Burundi risque d’être suspendu de la liste des pays bénéficiaire de l’aide européenne. C’est contenu dans une résolution...

Pierre Claver Mbonimpa ne devrait pas être en prison

Le Barreau du Burundi s’indigne de la décision du Tribunal de grande instance de maintien en détention Pierre Claver...

Comparution de 6 détenus dans l’affaire du triple meurtre des religieuses à...

Christian Claude Butoyi, ce jeune homme présenté par la police comme présumé assassin des 3 religieuses viennent de passer...

Vidéo du jour

Articles plus lus

  • Comparution de 6 détenus dans l’affaire du triple meurtre des religieuses à Kamenge
    Comparution de 6 détenus dans l’affaire du triple meurtre des religieuses à Kamenge

    Christian Claude Butoyi, ce jeune homme présenté par la police comme présumé assassin des 3 religieuses viennent de passer plus d’une semaine détenue au Service national des renseignements. La police dit l’avoir fait pour éviter qu’il ne s’évade pas de la police judiciaire.

    Selon la police, Christian Claude Butoyi est incarcéré aux cachots du Service national des renseignements depuis quelques jours. Ce jeune homme avait été arrêté par la police mardi de la semaine passée, il est considéré comme le principal suspect de l’assassinat des 3 religieuses italiennes. A la question de savoir pourquoi un prévenu arrêté par la police judiciaire peut être transféré au Service national de renseignement, le directeur général de la police, André Ndayambaje, nous a répondu que c’est dans l’objectif de mieux le garder pour éviter son évasion, comme cela a été le cas pour 2 prévenus qui se sont évadés de la police judiciaire la semaine passée.

    La même source ajoute que le père de Christian Claude Butoyi a été interrogé par la police. Aussi, la durée de sa garde à vue a été prolongée pour des raisons d’enquête. Au parquet de la mairie de Bujumbura, l’on nous a indiqué que le dossier de Christian Claude Butoyi ne leur est parvenu que vers midi de ce jeudi. Le procureur Arcade Nimubona précise que le principal suspect Christian Claude Butoyi ainsi que 5 autres prévenus dans cette affaire vont être auditionné pour décider de leur maintien en détention ou de leur mise en liberté provisoire.

    Pour rappel, 3 religieuses ont été assassinées à la paroisse Guido Maria Comforti dite Chez Buyengero à Kamenge. Les 3 sœurs religieuses étaient de la congrégation des xaveriennes.

    Selon les dernières nouvelles, deux d’entre les détenus dans cette affaire ont été relâchées après interrogatoire.

    Lu 440 fois
  • Appel pressant à la coalition par Pancrace Cimpaye
    Appel pressant à la coalition par Pancrace Cimpaye

    Les partis d’opposition devraient se coaliser pour gagner les élections de 2015. C’est l’appel lancé par Pancrace Cimpaye, ancien porte-parole du parti Sahwanya FRODEBU. Dans une lettre ouverte à Léonce Ngendakumana, président de l’ADC-Ikibiri, il lui demande de former un vaste mouvement de rassemblement de l’opposition.

    Dans cette même lettre ouverte, Pancrace Cimpaye appelle Domitien Ndayizeye, Charles Nditije, Léonard Nyangoma, Manassé Nzobonimpa, Jean Minani, Hussein Radjabu, Agathon Rwasa et Alexis Sinduhije à se coaliser.

    Lu 315 fois
  • Agathon Rwasa crie à la violation de la feuille de route pour les élections de 2015
    Agathon Rwasa crie à la violation de la feuille de route pour les élections de 2015

    Le pouvoir en place et la Commission Electorale Nationale Indépendante essayent par tous les moyens d’exclure certains hommes politiques du processus électoral. Ce sont les propos d’Agathon Rwasa, président du FNL, non reconnu par le ministère de l’Intérieur, suite aux déclarations du président de la CENI selon lesquelles les acteurs politiques ne sont reconnus par aucune loi burundaise. Pour Agathon Rwasa, le gouvernement et la CENI devraient plutôt laisser les partis politiques s’organiser librement pour les élections futures. Agathon Rwasa se base sur les conclusions de la feuille de route pour les élections de 2015 et les ateliers d’évaluation de novembre et de mai dernier où il a été recommandé que les partis politiques soient traités au même pied d’égalité que les acteurs politiques. En déclarant que les « acteurs politiques » ne vont pas être insérés dans les CEPI et les CECI,  la CENI se montre incapable de mener des élections inclusives et viole les articles 19 et 22 de la Constitution burundaise liés à l’abolition de la discrimination, continue Agathon Rwasa, président du parti FNL non reconnu par le ministère de l’Intérieur. Cet ancien chef rebelle se demande pourquoi les confessions religieuses et la société civile sont autorisées  à intégrer les CECI et les CEPI alors que les « acteurs politiques » sont exclus dans la formation de ces organes vitaux pour la surveillance et la crédibilité des élections. Pour lui, la CENI devrait être vigilante et ne pas tomber dans le piège du pouvoir parce qu’elle est appelée à organiser des élections pour tous.

    Lu 295 fois
  • Divergence sur l’identité et la santé mentale de Claude Christian Butoyi
    Divergence sur l’identité et la santé mentale de Claude Christian Butoyi

    Les déclarations de la police sur l’identité et l’origine du présumé auteur de l’assassinat des 3 sœurs italiennes seraient fausses. Le voisinage d’une famille congolaise qui a élevé les jumeaux dont est issu Christian Claude Butoyi affirme que ce dernier a des problèmes mentaux tout comme son frère.

    Une femme âgée habitant le quartier Twinyoni numéro 52 de la commune Kamenge témoigne que c’est dans cette même parcelle que Christian Claude Butoyi et son frère jumeau Bukuru ont grandi. Ils étaient sous la tutelle d’un homme qu’on appelle papa Samuel, père d’une famille qui a récupéré ces enfants au Congo.

    Après son retour de l’exil, le père biologique de ces jumeaux s’est installé dans le quartier Bukirasazi de la commune Kinama. Il a tenté de récupérer ses enfants mais ces derniers sont revenus au lieu d’origine à cause de leur anomalie explique un témoin.

    Les habitants de cette parcelle qui ont contribué à l’éducation de ces enfants pensent que quelqu’un aurait mis dans la poche de Christian Claude Butoyi les clés des portes des chambres des 3 sœurs pour l’incriminer.

    Ni l’identité ni l’origine de ce suspect dans cette affaire déclaré par la police n’est conforme aux propos de ceux qui connaissent bien Christian Claude Butoyi.

    De son côté, la police avait déclaré à la presse que ces clés ont été bel et bien trouvés dans la poche du présumé auteur avec un morceau de pierre et un téléphone portable. Hermenegilde Harimenshi, porte-parole de la police dit qu’aussi Christian Claude Butoyi a fait un aveu, témoignant que c’est lui l’auteur de l’assassinat des 3 sœurs, il y a de cela 2 semaines.

    Lu 266 fois
  • Le Rwanda rejette sa responsabilité sur les corps humains qui flottent dans le lac Rweru
    Le Rwanda rejette sa responsabilité sur les corps humains qui flottent dans le lac Rweru

    Le gouvernement rwandais à travers le porte-parole de la police qui s’exprimait sur les ondes de la Radio France Internationale « RFI », a déclaré que les corps sans vie découverts récemment flottant sur le lac Rweru ne sont pas des rwandais. Selon les témoignages recueillis par RFI, des rwandais riverains de la rivière Akagera ont assuré avoir vu des cadavres emballés dans des sacs descendre le cours d’eau qui se jette dans le lac Rweru.

    Mais le porte-parole de la police rwandaise indique qu’il s’agit d’une affaire essentiellement burundaise. Contacté à ce propos, le ministre de l’Intérieur, Edouard Nduwimana, nous  donné rendez-vous à trois reprises sans toutefois honorer sa promesse.

    Il avait annoncé des enquêtes après la découverte de ces corps pour connaître leur identité et la cause de leur mort. Mais le flou reste encore entier sur les circonstances de la mort de ces personnes. Les pêcheurs exerçant dans le lac Rweru avaient affirmé avoir vus une quarantaine de corps flottant sur le lac.

    Lu 242 fois

Défenseur des droits humains

Pierre Claver Mbonimpa,un grand défenseur des droits de l'homme au Burundi.

Comparution de Pierre Claver Mbonimpa

Plusieurs personnes sont venues soutenir Pierre Claver Mbonimpa lors de sa comparution.

Le président de l'APRODH alité à l'hôpital Bumerec

Pierre Claver Mbonimpa a demandé plus de 4 fois la liberté provisoire pour aller se faire soigner tout en restant à la disposition de la justice

A quand la vérité ?

Sœur Bernadette Bogia, Soeur Lucia Pulici et soeur Olga Raschietti assassinées dimanche 7 septembre à la paroisse catholique de Kamenge dite "Chez Buyengero"

Washington Manifestation

Manifestation à Washington des Burundais réclamant la libération de Pierre Claver Mbonimpa

Maison Blanche

Le Président Nkurunziza et son épouse reçus par le couple Obama à la Maison Blanche

Publicité

AMAKURU YO KUWA 19/09/2014

JOURNAL PARLE EN FRANCAIS DU 19/09/2014

TAARIFA YA HABARI YA 19/09/2014

KABIZI DU 19/09/2014

Appel d'offre

Annonces

Du nouveau sur le site web Burundinews

Bonjour à tous  Dorénavant, le site Burundinews est consultable à partir de ce lien. Seul un point entre Burundi et news a été retiré.  http://burundinews.free.fr/ (http://burundinews.free.fr/)  Bien cordialement  Gratien Rukindikiza

Vos suggestions

Qui est en ligne?

Nous avons 323 invités et aucun membre en ligne