Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

 Rumonge: Les activités du port  paralysées par le manque de devises

Rumonge: Les activités du port paralysées par le manque de devises

Le port de Rumonge connaît un dysfonctionnement actuellement, car les commerçants étrangers n’y viennent plus régulièrement à cause de la crise de devises qui ne cesse d'empirer au Burundi.  La plupart des gens qui exerçaient leurs activités sur ce port sont presque au chômage, ce qui affecte leurs vies en famille.

La circulation de gens a sensiblement diminué au port de Rumonge. Les commerçants en provenance des pays limitrophes du Burundi ne fréquentent plus souvent ce port comme avant, suite au manque de devises. Au lieu de vendre leurs produits au Burundi, ces commerçants préfèrent d’autres pays à cause aussi de la dévaluation de la monnaie burundaise.  « On n’apporte plus de marchandises sur le port de Rumonge. Normalement, sur ce port, des commerçants congolais nous fournissaient du Mukeke. Mais, ce n’est plus le cas, ils préfèrent les vendre en Tanzanie, car  non seulement le pays n’a plus de devises, mais aussi notre argent n’a plus de valeurs. Actuellement, un dollar américain équivaut à plus de 6000  francs burundais. » Explique une source de ce port.

Les conséquences de ce dysfonctionnement sont multiples pour les populations qui y exercent leurs activités.  Pour le moment, ces gens sont presque au chômage, et la situation est empirée par la flambée des prix des produits de première nécessité. Ils se retrouvent dans l’incapacité de nourrir leurs familles. 

« Les pertes sont énormes. D’abord, il n’y a plus de touristes qui viennent ici. Avant la crise de devises, les voyageurs étaient nombreux et achetaient nos marchandises. C’est le cas des congolais qui achetaient la viande de vache et en retour ils nous apportaient du poisson, dit Mukeke. Mais, ce n’est plus le cas. Le sel qui provient de la Tanzanie est aussi actuellement difficile à trouver, car on ne le fournit plus régulièrement, ce qui fait que son prix a également augmenté. » Déplore un des travailleurs sur ce port.

Conséquemment à cette situation, ceux qui faisaient aussi le commerce sur ce port en vendant les poissons, sont pour le moment au chômage et ne peuvent plus subvenir aux besoins de leurs familles.

Les informations fournies par les populations exerçant sur le port de Rumonge indiquent que la situation est aussi plus compliquée pour les propriétaires des maisons de passage se trouvant dans les environs. Ils n’ont plus de clients qui, en grande partie, étaient constitués par ces commerçants en provenance des pays limitrophes. 

La population de Rumonge demande au gouvernement de résoudre ce problème de carence de devises.

 

Tarissement de l'or noir: le tableau n'a jamais été aussi sombre

Tarissement de l'or noir: le tableau n'a jamais été aussi sombre

Certains chauffeurs opérant dans le secteur du carburant alertent et font savoir qu’ils ne sont plus capables de subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs familles, car pratiquement au chômage faute de carburant. Ils demandent au gouvernement de trouver une solution à ce problème vu que même les camions qu’ils utilisent pour acheminer ce carburant au Burundi sont en train de se détériorer.

Les conducteurs de camions assurant l’approvisionnement du carburant en provenance de la Tanzanie disent être aujourd’hui dans une impasse. Certains d’entre eux disent que, depuis qu’ils ne reçoivent plus assez de carburant pouvant les amener à destination, ils avaient opté de compléter le fuel leur donné avec le carburant acheté au marché noir. Ce qu’ils ne sont plus en mesure de faire vu la montée du prix de cet or noir qui fait qu’ils risquent de travailler à perte. Comme conséquence, le peu de chauffeurs qui ont persévéré ont sensiblement réduit la fréquence de leurs voyages. D’où ils ont de plus en plus du mal à joindre les deux bouts du mois et à prendre en charge leurs familles. « Imaginez-vous qu’on fait un seul voyage en trois mois. Il y en a même qui viennent de passer six mois sans travailler. Est-ce que ça, c'est vraiment une vie pour quelqu’un qui a une famille à nourrir ? » Révèle notre source qui fait également savoir que cette situation est en train d’affecter leurs camions. Ce qui leur fait craindre le pire, car ils n’espèrent pas être de sitôt opérationnel compte tenu des coûts en réparation que cela va entrainer. « Un camion remorque a 30 pneus. C’est-à-dire 12 derrière et 8 devant, ça, c'est du côté du charriot, plus alors 10 pneus se trouvant sur le camion proprement dit. Et un pneu de dernière qualité coûte 2 millions 100 mille francs burundais. Quant au réservoir, la réparation à la bonbonne coûte entre 200 et 300 000 francs. »

Si on considère que la crevaison touche seulement 10 pneus sur les 30 se trouvant sur le camion, cela voudra dire que le propriétaire devra débourser une somme de plus de 21 millions de francs burundais, et ce, pour un camion qui vient de passer six mois à l’arrêt, sans générer aucune entrée.

Malgré cela, le président Evariste Ndayishimiye ne compte pas engager de poursuites à l’endroit des personnes derrière cette pénurie du carburant même s'il les connait du moins selon son discours daté de ce samedi 22 juin 2024. La raison avancée est que le numéro un burundais leur a déjà pardonné.

 

 

Burundi : La situation économique critique fait bouger les décideurs de la Banque Mondiale

Burundi : La situation économique critique fait bouger les décideurs de la Banque Mondiale

Visite la semaine passée d’une délégation du conseil d’administration de la Banque Mondiale au Burundi. Une telle délégation avait visité le Burundi la dernière fois il y a plus de 30 ans.  Une visite qui, selon différentes sources contactées par la RPA, est faite en cas de situation très critique du pays.

Cette délégation a visité le Burundi du 04 au 7 de ce mois en cours. C’était un groupe de 11 personnes qui ont rencontré différentes autorités du pays : le président de la République Evariste Ndayishimiye, son premier ministre Gervais Ndirakobuca, les autorités en charge des finances du pays ainsi que des organisations de la société civile. Sur le compte X de la présidence de la République du Burundi, ils ont souligné qu’une telle visite datait de 1987. Différentes institutions du pays comme la présidence du pays, le ministère des finances ont fait savoir que l’objectif de cette visite était de se rendre compte des réalisations et impacts des projets appuyés par la Banque Mondiale, d’échanger sur la situation socio-économique du pays, sur les priorités du pays et les stratégies du développement durable.

Des sources concordantes contactées par la RPA expliquent qu’une telle délégation de la Banque Mondiale ne se déplace qu’en cas d’une situation grave.  Constituant le groupe de décideurs de la Banque Mondiale, ils se rendent sur terrain pour s’enquérir eux-mêmes des problèmes à l’origine de la mauvaise collaboration avec cette institution mondiale.

Pour le cas du Burundi, nos sources précisent que les relations ne sont pas déjà bonnes entre le Burundi et la Banque Mondiale, car Gitega ne respecte pas les exigences de cette banque et arrive au point même où des financements octroyés par cette banque ne sont pas utilisés dans leur grande partie.

Dans son fonctionnement, la Banque Mondiale octroie des dons et des crédits aux pays, des crédits que ces pays doivent rembourser. Des sources dignes de foi révèlent que le Burundi est vu par la Banque Mondiale comme un pays en faillite, incapable de rembourser les crédits donnés. Cette haute délégation de la Banque Mondiale s’est donc rendue sur terrain pour s’informer elle-même des raisons à l’origine de la situation, mais également voir les possibilités de collaboration qui restent et les moyens d’aider le pays à se remettre sur les rails.

Après la visite de cette haute délégation de la Banque Mondiale, les acteurs du secteur financier du Burundi sont optimistes, car le groupe a promis des financements. L’octroi de plus de 100 millions de dollars pour lutter contre les inondations serait, expliquent nos sources, une façon de la Banque Mondiale de voler au secours du Burundi en carence de devises, et ainsi lui permettre de faire quelques importations urgentes comme celle du carburant et des médicaments.

 

………………..

Photo : Le président Evariste Ndayishimiye avec la délégation du conseil d’administration de la Banque Mondiale et de sa représentation nationale et régionale

 

Burundi: Les indicateurs macroéconomiques toujours au rouge

Burundi: Les indicateurs macroéconomiques toujours au rouge

L’organisation  Fews Net démontre que l'inflation mensuelle au Burundi est de 20 pour cent depuis le début de cette année 2024. Dans son rapport de mars dernier, ce réseau d’alerte  précoce sur la famine souligne que  la plupart des indicateurs macroéconomiques, notamment le déficit commercial, la dette extérieure, les réserves de devises étrangères et les prêts, restent  aussi à des niveaux critiques, conduisant à l'instabilité du franc burundais.

Selon Fews Net, les prix des denrées alimentaires sont restés stables en mars 2024, malgré une légère augmentation de 10 pour cent des prix du haricot  par rapport à janvier  2024, grâce aux stocks alimentaires issus des récoltes de la saison A. Cependant, les prix de denrées alimentaires comme le riz,  manioc, maïs  et patate douce restent supérieurs de 25 à 45 pour cent aux moyennes quinquennales, déplore le réseau.

Le même réseau dit être préoccupé  par les précipitations inférieures à la moyenne qui retarderait les semis de la saison culturale 2024 B. Une situation qui fait que des résultats de stress alimentaire (Phase 2 de l'IPC) soient attendus dans certaines régions du pays en raison de la hausse des prix des denrées alimentaires. L’organisation signale aussi environs  11 000 enfants souffrant de malnutrition dans les provinces Cankuzo, Ruyigi, Muyinga, Ngozi, Kirundo et Rutana

En rapport avec la dévaluation de la monnaie, Fews Net indique qu’au Burundi, une situation macroéconomique critique entraîne une faible capacité d’importation  suite à l’aggravation du taux de change officiels. Ce dernier est 80 % inférieur à celui du marché parallèle. Et  à cause de la grande dépendance des  commerçants de ce  marché parallèle pour importer des marchandises, les prix des produits importés, y compris les produits alimentaires et les produits non alimentaires essentiels, augmentent.

Cette situation économique alarmante fait, regrette  Fews Net, de la population burundaise, une population en misère.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 749 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech