Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Le Burundi dans une situation d’extrême surendettement interne et externe.

La dette intérieure du Burundi est presque passée du simple au triple  sur une période de 5 ans. Selon les experts du domaine de l’Economie, cette  croissance rapide et continue de l’endettement publique du Burundi trouverait principalement ses origines dans la crise politico-économique qu’endure le Burundi depuis 2015.

Depuis la décision prise par feu le Président Pierre Nkurunziza de briguer un troisième mandat anticonstitutionnel en 2015, l’économie nationale s’est progressivement et sensiblement détériorée. Selon les informations d’un des experts dans le domaine qui s’est entretenu avec la RPA, cette situation a provoqué l’accentuation de l’endettement public, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays.

Se basant sur le rapport annuel de la Banque de la République du Burundi de l’année 2020, l’économiste Faustin Ndikumana fait savoir que la dette intérieure de l’Etat du Burundi a quasiment triplé depuis 2015. ‘‘L’augmentation exponentielle de l’endettement s’est fait observer surtout à partir de 2015. Par exemple l’endettement intérieur tournait autour de 1000 milliards de francs burundais, mais en 2020 il était à 2700 milliards. Cela veut dire qu’il a été multiplié presque par trois en 5 ans. On voit vraiment une nette augmentation dans une courte durée. Cette situation est peut-être liée à cette crise politico-économique dans laquelle le Burundi est plongé ‘’, a-t- il expliqué l’économiste. 

Selon toujours cet expert, quoique la dette extérieure n’a pas suivi le même train que celle intérieure, elle n’a pas non plus cessé de s’accroitre.  ‘’ L’endettement extérieur tournait autour de 700 et 800 milliards en 2015. Maintenant, il est à 1000 milliards. Le niveau de la dette extérieure a beaucoup augmenté ‘’.

Différents spécialistes de la macro-économie et ceux de la Banque centrale  qui se sont entretenus avec la RPA, expliquent que l’accroissement de la dette intérieure est consécutif à la suspension de l’aide financière après les sanctions prises contre le Burundi. Ces  experts soulignent donc qu’en guise de solution facilement accessible, l’Etat préfère alors orienter ses engagements vers les banques commerciales du Burundi.

 

L’U.A réclame à son tour des arriérés à Gitega 

 

Le  Burundi  doit à la commission de l’Union Africaine  un montant de près de 2 million et demi  de dollars  américains de  contribution. Parmi les  cotisations dont le Burundi ne s’est pas encore acquittées au sein de cette institution africaine, figure également la contribution  pour l’année en cours. Dans sa correspondance du 8 juin 2021 à l’ambassadeur de la République du Burundi, cette commission a tenu à rappeler  que la contribution statutaire des Etats membres doit être versée le 1er  janvier de chaque année.

En effet, ces contributions sont de deux sortes, à savoir la contribution sur le budget ordinaire et la contribution sur le fond de la paix. Comme cotisation pour l’année 2021, la République du Burundi  devrait avoir versé  836.385 dollars américains au titre du budget ordinaire 2021 et 210.638  dollars  de contribution sur fonds de la paix 2021.  A cela s’ajoute encore 1.371.157 de dollars américains en condensant les arriérés sur le budget ordinaire et sur le fond de la paix.

Enfin de compte, le Burundi est redevable de 2.418.180 de dollars américains. Aux termes de ladite  correspondance, la commission de l’Union Africaine demande au gouvernement du Burundi de prendre toutes les mesures nécessaires pour régler ce montant.

 

La levée des sanctions à l’encontre du Burundi ne pourrait pas combler son déficit.

 

Le Burundi se trouve actuellement dans une incapacité de rembourser de manière effective sa dette publique. André Nikwigize a expliqué que les indices susceptibles de permettre au gouvernement burundais de sortir de ce gouffre sont terriblement maigres.  ‘‘ Le problème crucial n’est pas le montant de la dette car tous les pays du monde s’endettent. C’est plutôt comment cette dette sera remboursée. La dette est normalement remboursée par la production nationale. Pour le cas du Burundi, le Produit Intérieur Brut  s’élevait à 371 dollars américains par habitant  en 1990. Aujourd’hui, ce niveau a baissé  jusqu’à 202 dollars américains par habitant. Cela signifie que le citoyen burundais est plus pauvre qu’il y a 30 ans’’,  a argumenté l’économiste au cours d’une interview exclusive accordée à la RPA.

L’expert en Economie André Nikwigize a indiqué que la situation économique du Burundi s’est empirée après la suspension des concours que les principaux partenaires de développement prêtaient à ce pays. ‘‘Aujourd’hui, la dette publique représente plus de 52% du PIB alors que le Fonds Monétaire Internationale recommande de ne pas dépasser 35%’’.S’alarme cet expert burundais.  

Et ce spécialiste de  révéler que l’arrêt des sanctions contre le Burundi ne restaurera pas la crédibilité du pays aux yeux des bailleurs de fonds internationaux. ‘‘ Mis à part l’allègement d’environ 7,6 millions de dollars de la dette consécutif aux effets de la Covid-19, le FMI a déjà retenu que le Burundi n’est pas éligible pour de nouveaux emprunts. De plus, sur base des recettes d’exportation des biens et services, le Burundi ne consacre que 5% au remboursement du service de la dette au moment où le FMI recommande un minimum de 10 %. Cela veut dire que les exportations du Burundi sont faibles et ne pourront pas rembourser la dette extérieure’’, a déduit André Nikwigize.   

L’expert  André Nikwigize en conclut que si le gouvernement du Burundi n’élabore pas des stratégies pour améliorer la production nationale, la situation économique continuera à être plutôt catastrophique.  Afin d’éviter le pire, André Nikwize suggère au gouvernement du Burundi  la rationalisation des ressources intérieures, la chasse aux ressources détournées par les responsables publiques, l’affectation de ces moyens financiers au développement national ainsi que la négociation des dons au lieu d’accumuler des prêts.

Flambée des prix de denrées alimentaires à Muyinga

La montée exponentielle des prix des produits alimentaires vient de durer près d’un mois et inquiète la population locale qui y voit des signes annonciateurs de la famine.

Des commerçants en faillite suite à la Covid-19

Conséquences néfastes de la pandémie sur les commerçants qui achètent leurs marchandises dans les pays de la région. L’approvisionnement est très difficile depuis la fermeture des frontières. Ceux qui parviennent à le faire travaillent à perte vu que les marchandises leur parviennent à un coût élevé, sans parler des clients qui se font de plus en plus rares.

Cette veuve vend des colocases à Nakivale

Espérance Citegetse vend des denrées alimentaires dans le camp des réfugiés de Nakivale en Ouganda depuis plus de quatre ans. Cette Burundaise a fui le Burundi en compagnie de 6 enfants.

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 161 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech