Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Mise en place d'un cadre de coopération entre le Burundi et la Tunisie dans la lutte contre la traite des êtres humains.

La Tunisie et le Burundi sont tous deux confrontés à des cas de traite de personnes ciblant principalement des femmes et des enfants. Le  cadre de coopération  devrait être basé sur les recommandations retenues lors  de la visite au Burundi  de la délégation de l'Instance Nationale de Lutte contre la Traite des personnes  de la république tunisienne.

  Une délégation de l'instance nationale de lutte contre la traite des personnes de la république tunisienne a effectué une visite d'une semaine au Burundi pour rencontrer la Commission nationale de concertation et de suivi pour la prévention et la répression de la traite des personnes  de la République du Burundi, d'autres institutions burundaises chargées de la traite des personnes ainsi que des organisations non gouvernementales locales, peut-on lire dans un communiqué de presse de  l’OIM sorti   ce lundi.

Selon l’OIM,  la traite des êtres humains  est un crime grave qui constitue une forme moderne d'esclavage. Elle se produit partout dans le monde et touche presque tous les pays, y compris le Burundi. L’OIM présise dans ce  communiqué que le Burundi  est un pays d'origine, de transit et, dans certains cas  de destination.

La visite  de la délégation tunisienne s'inscrivait  dans le cadre du projet : " Améliorer la sécurité humaine des communautés touchées par la traite des personnes au Burundi ". La visité   a été financée par le Royaume des Pays-Bas et a été organisée par les bureaux de l'OIM au Burundi et en Tunisie.

Au terme de la visite il a donc  était formulé des  recommandations spécifiques.  Pour la prévention,  il s’agira de la mise en place d’une stratégie de formation de différents intervenants pour un renforcement des capacités régulier et plus étendu ainsi que la création d’un réseau de journalistes de référence, formés, afin de doter  la Commission nationale de concertation et de suivi pour la prévention et la répression de la traite des personnes, CCSPRTP,  de la République du Burundi de points focaux au sein des médias.

S’agissant de la protection,  il a été décidé  que les 2 pays établissent une base de données détaillée et harmonisée entre les acteurs, la dissémination des procédures opérationnelles standardisées pour améliorer la prise en charge des victimes ainsi que le partage du Mécanisme National d’Orientation des victimes tunisien, MNO tunisien, pour en établir un au Burundi.

Quant à  la répression, il a été  recommandé l’harmonisation des textes légaux, le renforcement des capacités des acteurs du système pénal ainsi que l’instauration d’un système de registre spécifique aux dossiers des cas de traite.

 Dans son communiqué du 28 juillet 2022, l’Organisation Internationale des migrations, OIM, avait annoncé avoir  identifié 1 735 victimes de la traite au Burundi depuis 2017.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 211 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech