Nouvelle vague d'arrestations dans la zone Musaga

mars 04, 2016 0 1835
Rate this item
(0 votes)
Quatre jeunes de la zone Musaga ont été arrêtés par la police ce mercredi dans la soirée. La police les accuse d'appartenir à des groupes armés. Les parents de ces jeunes s'inquiètent pour leurs enfants surtout quils les ont cherché partout sans les trouver et demandent l'intervention des associations des défenseurs des droits de l'homme.
 
C'est à 22 heures de ce mercredi 2 mars 2016 que les jeunes Armand, Lionel, Doddy et un quatrième dont le nom reste inconnu ont vu la police investir leur maison familiale. Ils ont été emmenés manu militari au cachot de la zone Musaga. Mais ce jeudi matin, ils étaient introuvables dans ce cachot, comme le témoigne un de leur voisin : « on les a arrêté sans leur poser aucune question. Ils leur disaient seulement qu'ils sont dans des groupes armés. Ils ont été conduits dans le cachot de la zone Musaga mais quand nous avons demandé s'ils sont toujours là, personne n'a pu nous répondre. Aucun jeune ne peut s'aventurer d'y aller car si tu y vas, tu es directement pris pour un rebelle » raconte notre source.
 
Les 1ère et 2ème avenues de la zone Musaga ont été bouclées par la police, les agents du Service National des Renseignements (SNR), les Imbonerakure du parti au pouvoir et par certains jeunes qui affirment s'être rendus aux forces de lordre. Tous déclaraient être à la recherche des armes qui seraient dans cette partie de la mairie de Bujmbura. « Ces imbonerakure, les uns étaient en tenue policière et d'autres en civil, ils cherchaient les jeunes à arrêter. Sils ont des soupçons, ils tarrêtent et affirment que tu fais partie des groupes armés qui perturbent la sécurité » poursuit notre source.
 
La peur et les inquiétudes envahissent les parents des jeunes arrêtés à Musaga. « Certains jeunes sont arrêtés la journée, le soir ou même la nuit. On te trouve où tu es assis et on t'embarque avec eux. Pour le moment, on recense entre 10 et 15 personnes arrêtées dont des jeunes et des plus âgés. Ceux qui sont arrêtés sont conduits directement au SNR. Nous ne savons plus où sont les nôtres, s'ils sont encore en vie ou déjà exécutés » termine notre source.
 
Les habitants de Musaga demandent à la communauté internationale de faire fléchir le Président Pierre Nkurunziza afin que soit déployée la force dinterposition qui viendrait sécuriser la population. 
 
Depuis quelques jours, la zone de Musaga est le théâtre de nombreuses arrestations alors qu'elle avait passé quelques jours de répit. Cette partie du sud de la capitale est l'un des quartiers les plus victimes de la répression pour avoir manifesté contre le 3ème mandat du président Nkurunziza. Cette volonté de briguer ce 3ème mandat est à lorigine de la crise qui secoue le pays depuis avril 2015 avec plus de 500 morts, de nombreuses personnes portées disparues après leurs arrestations ainsi que plus de 250.000 réfugiés.  

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.