Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Cibitoke : Des enfants rapatriés, abandonnés à leur triste sort par le gouvernement

Cibitoke : Des enfants rapatriés, abandonnés à leur triste sort par le gouvernement

La journée mondiale du 20 novembre  dédiée à l’enfance arrive alors qu’au Burundi les droits de l’enfant sont toujours violés. L’exemple évoqué est celui des enfants provenant des familles rapatriées de la République Démocratique du Congo, qui sont actuellement dans la commune Buganda en province de Cibitoke. Depuis plus de 2 mois, ces enfants n’ont pas d’abri et passent leurs journées à mendier parce que le gouvernement leur a retiré leur paquet-retour.

Victimes des piqûres de moustiques et du froid, ces parents racontent leur calvaire avec leurs enfants là où ils vivent sous les arbres de la localité de Mukashu, située en zone Gasenyi de la commune Buganda. Ces derniers n’ont pas d’abri du fait que le ministre de l’intérieur, Martin Niteretse, a ordonné qu’ils ne reçoivent pas le paquet-retour octroyé normalement par le HCR aux rapatriés. C’était au mois de septembre 2023  quand ils revenaient de la RDC.

A part d’être menacés par plusieurs maladies à savoir la malaria ainsi que d’autres maladies liées à la malnutrition mais aussi au manque d’eau potable, plus de 100  enfants de ces familles qui vivent dans des conditions très déplorables, manquent d’aide pour retourner au banc de l’école. ‘’Le mal qu'ils nous ont fait en nous dépouillant notre paquet-retour a fait qu'aucun enfant ne puisse aller à l'école. Comment pourraient-ils avoir les cahiers ? Pourraient-ils  y aller sans avoir mangé et   sans uniforme?’’  S’indigne une maman de 9 enfants.

Ces parents ont le cœur déchiré en voyant leurs enfants passer leurs journées à mendier dans les rues pour avoir de quoi manger. Ils craignent que cela puisse affecter leurs comportements ou encore qu’ils subissent d’abus sexuels. ‘’L'impossibilité pour nos enfants d'aller étudier et le fait de rester dans la rue sans rien faire, c'est le plus grand problème qui nous hante. Sinon, nous sommes tellement affligés d'envoyer nos filles mendier dans les rues, elles risquent d'être abusées sexuellement’’, implore ce parent.

Vu qu’aucun dirigeant du pays n’est intervenu pour aider ces rapatriés à sortir de cette vie misérable, les défenseurs des droits humains en général demandent au gouvernement ‘’de ne pas les abandonner à leur triste sort, puisque eux aussi sont des citoyens burundais qui ont besoin de vivre dignement et que ces enfants sont également l’avenir du Burundi.’’

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 282 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech