Quid sur l’identité des signataires de la lettre adressée au numéro un burundais

Ils sont au nombre de 5, les réfugiés burundais se trouvant au camp de Mahama au Rwanda qui ont signé la lettre adressée à Evariste Ndayishimiye pour solliciter son intervention dans leur rapatriement. Tous les cinq sont originaires de la région nord du Burundi à savoir les provinces Kirundo et Muyinga.

Emmanuel Bizimana, le chef de ce groupe de signataires de cette lettre, est natif de la commune Bugabira de la province Kirundo. Il a pris le chemin d’exil en 2015. Les sources de la RPA indiquent qu’Emmanuel était le président du conseil communal de  Bugabira en 2005 et qu’il a été limogé de ses fonctions avant la fin de son mandat. En 2010, Emmanuel Bizimana était membre du parti Frodebu-Nyakuri et conseiller du Docteur Jean Minani qui était le patron de ce parti. Ce dernier affirme avoir connu Emmanuel car, ils étaient dans le même parti politique mais dit tout ignorer à propos de la lettre adressé à Evariste Ndayishimiye.

Le deuxième parmi les signataires de cette lettre est Céléus Hatungimana, lui aussi, originaire de la commune Bugabira de la même province Kirundo. Pour le moment, il fait le transport à Moto au camp de Mahama.

Le troisième signataire de cette lettre est Remouald Ndayikengurutse. Il est né en commune Bwambarangwe de la province Kirundo et il est enseignant. Nos sources à Mahama indiquent que Romouald était membre du groupe rebelle FNL quand  il était encore au maquis. Romouald aurait voulu faire partie de l’armée burundaise, un souhait qui n’a pas pu être réalisé.

L’autre que la RPA a pu identifier parmi les signataires de la lettre est Diomède Ndagijimana, membre du parti CNL, originaire de la commune Giteranyi, province Muyinga. Nos sources révèlent qu’il était enseignant à Muyinga, mais qu’il a abandonné ce métier par après suite aux menaces qu’il subissait de la part des militants du parti Cndd-Fdd.

Le nommé Eric Ntaganzwa est le dernier de la liste des 5 signataires. Eric Ntaganzwa  était  juge en commune Giteranyi de la province Muyinga. Mais par la suite, il a été transféré à Gasorwe. En exil au camp Mahama, il exerce comme enseignant dans ce camp.

Nos sources au camp de Mahama indiquent que certains de ces signataires étaient chargés d’élaborer les listes pour les donner à Emmanuel Bizimana, un des chefs dudit groupe. Ce dernier les transmettait au nommé Céléus Hatungimana pour les enregistrer dans la machine.