Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Un transport en commun de tous les dangers

avril 10, 2018
Rate this item
(0 votes)

Les véhicules de transport communément appelés bus, sont en très mauvais état. Cela se remarque beaucoup plus en Mairie de Bujumbura où les usagers s’interrogent si ces véhicules ont réellement passé leurs contrôles techniques. Ils demandent à la police de la sécurité routière de faire des vérifications exhaustives sur ces véhicules pour prévenir les accidents.

La majorité des habitants de la ville de Bujumbura font appel au transport en commun pour se déplacer. Mais le constat est que la plupart des véhicules de transport en commun de type Hiace sont en très mauvais état.

 

C’est le cas des bus qui se rendent vers le sud de la capitale dans les zones Musaga, Kanyosha, Kinindo et Kibenga. Tout comme ceux du centre en commune Mukaza qui vont à Bwiza-Jabe, Buyenzi et Nyakabiga. 

 

Quand on s’introduit dans ces véhicules, le semi-cuir des chaises est le plus souvent déchiré mettant à découvert le fer qui compose les chaises. Parfois, les passagers se blessent ou leurs habits déchirés. S’agissant des portes, le convoyeur a toujours du mal à fermer les portes, parfois ils font semblant de les fermer mettant en alerte les passagers durant tout leur trajet.

 

Des fenêtres ont été arrachées à certains endroits ou brisées sans être remplacées ; et là où l’on met les pieds parfois on y trouve des planches de bois au lieu des tôles normalement conçues pour cela. Les sièges avant sont le plus souvent sans ceinture de sécurité mettant en danger la vie des passagers. Et pour démarrer ces véhicules, certains chauffeurs raccordent des fils électriques ou poussent le véhicule jusqu’à ce que le moteur démarre laissant derrière lui une fumée.

 

Les passagers s’interrogent si ces véhicules ont passé leurs contrôles techniques et s’indignent du fait que les policiers qui arrêtent ces véhicules pour un contrôle les relâchent moyennant de l’argent. Ils demandent qu’une rigueur soit appliquée sur ces véhicules du transport en commun afin d’éviter des accidents.

 

Pour rappel, lors d’une conférence publique animée par le Président Pierre NKURUNZIZA, à deux jours de la fin de l’année 2017, il avait promis que tous les véhicules de transport usés ne seront plus autorisés sur les routes du Burundi à partir de 2018.

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 272 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech