Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

La police tanzanienne procède à des fouilles dans le camp de Nduta, elle suspecte des infiltrations d’Imbonerakure envoyés par Bujumbura

octobre 19, 2017 2755
Rate this item
(0 votes)

Fouille perquisition ce mercredi matin au camp de réfugiés burundais de Nduta. Selon des sources, la police Tanzanienne était à la recherche de tout indice de l’implantation du parti  Cndd-Fdd dans ledit camp. Un imbonerakure faisant parti des réfugiés rapatriés volontairement aurait été arrêté ce lundi.

Cette fouille a été opérée dans 3 ménages de la zone 11 : un ménage du village 12 ainsi que deux du village 13. La police recherchait les ménages qui abriteraient des réunions des militants du parti Cndd-fdd dans ce camp, témoigne un des réfugiés habitant dans les environs  des ménages fouillés.

 

‘’Ils nous ont dit qu’ils avaient des informations selon lesquelles  dans  la maison no 0068 du village 12  sont cachées des tenues du parti CNDD/FDD. D'autres informations faisant état  des réunions qui sont tenues dans  cette même maison. Des réunions conduites par un certain Nizigiyimana Christophe. Celui-ci habite le village 13 au numéro 0016.Mais curieusement la maison  no 0068 du village 18 est habitée par des  vieillards. Alors quand la police  a vus ces vieux elle ne s’est plus donné la peine de fouiller.’’

 

Malgré que la police tanzanienne n’a retrouvé aucun indice, les réfugiés, eux, affirment qu’il y a des émissaires du cndd-fdd dans ce camp. L’un d’eux serait la personne arrêtée ce lundi.

 

"Une autre chose qui alimente nos inquiétudes, c’est un imbonerakure du nom de Jamaica. Il est natif de la commune Gisagara. Il était  rentré  au pays dans la campagne de rapatriement  volontaire. Mais lundi la police tanzanienne l’a arrêté et il est incarcéré. Un autre imbonerakure aurait été envoyé par le pouvoir de Bujumbura  pour négocier sa libération. Quant à Nizigiyimana Christophe, c’est quelqu’un que l’on voit rarement dans le camp. Il passe tout son temps au Burundi’’, ajoute notre source à Nduta.

 

D’un côté, ces réfugiés ont peur pour leur sécurité, de l'autre, ils se disent confiants suite aux opérations de la police tanzanienne.

 

"On peut ne pas avoir peur surtout nous qui sommes à la limite du camp. Mais nous sommes confiants vu la manière dont la police tanzanienne prend cela au serieux’’, déclare ce burundais réfugié en Tanzanie.

 

La police a déjà saisi des armes dans ce camp et des personnes sans le status du Hcr. Les réfugiés parlent des imbonerakure parmi ces personnes appréhendées par la police.

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 318 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech