Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

La scolarisation des enfants, le souhait de tout parent même en situation d’exil

septembre 22, 2018 1776
Rate this item
(0 votes)

Tout parent rêve de voir ses enfants terminés ses études. Confrontés au manque de moyen, la Maison Shalom aide des parents burundais, aujourd’hui réfugiés, à la réalisation de leurs rêves. Un appui qui n’est pas peine perdue vu le taux de réussite de ces enfants burundais.

’J’étais presque désespéré que jamais je ne poursuivrais mes études’’, s’exprime, les larmes aux yeux, un des lauréats de l’Institut Supérieur d’Enseignement de RUHENGERI de la commune rwandaise de MUSANZE ; c’était le 17 mars, jour de leur graduation.

 

Les étudiants burundais qui fréquentent cet institut supérieur sont actuellement à 111. Au début de cette année 2018, 14 ont été gradués. A la satisfaction de leurs parents et de la Maison Shalom qui paie leurs frais académiques, 5 ont eu la mention distinction et les 8 autres ont été gradués avec plus de 60%.

 

Lauréats des facultés d’Economie, des TIC, de l’Enseignement et de la faculté d’Architecture, ces jeunes burundais sont satisfaits d’avoir fait honneur à leurs parents et à la Maison Shalom. Malgré le changement brusque du système éducatif, passant d’un système francophone au système anglophone, ces jeunes ont brillé. ‘’La détermination et beaucoup d’efforts ont été les armes qui m’ont aidé à terminer mes études avec mérite’’, raconte, sourire aux lèvres, un de ces jeunes gradués en Mars cette année.

 

Réfugiés au camp de Mahama, les parents de ces jeunes se disent fiers de voir leurs enfants au bout de leurs formations académiques et surtout avec de bons résultats. Ces parents remercient aussi la Maison Shalom pour sa bonne action.

 

Marguerite Barankitse, Présidente de la Maison Shalom, se montre aussi fière de la réussite de ces enfants et appelle toute personne qui en est capable à aider les enfants burundais à poursuivre leurs études. Des enfants aujourd’hui contraints à abandonner leurs études à plusieurs suite à l’incapacité financière de leurs parents en exil depuis 2015.

 

Marguerite Barankitse dit être à mi-chemin : ’’Je les ai aidés à poursuivre et à terminer leurs études. J’aimerais les voir maintenant en fonction. Tel est mon challenge !’’

 

Article de presse sur l’émission TURIHO du 20/03/2018. Avec le soutien de la Wallonie-Bruxelles International.

 

Tags

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 145 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech