Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Un administratif spolie les terres des citoyens à Nyanza-Lac.

Cinq familles de la colline Buheka, zone Kazirabageni, commune Nyanza-Lac en province Makamba demandent à l’administrateur de cette commune d’arrêter de récolter leurs champs de palmiers à huile.  C’est au moment où cette autorité s’est approprié les terres normalement exploitées par ces familles, arguant qu’elles sont domaniales.

Les cinq familles de la colline Buheka  exploitent depuis plus de dix ans cette propriété que la commune Nyanza-Lac revendique aujourd’hui. Elles font savoir qu’elles ont été offusquées de constater qu’une partie de leur propriété où elles avaient planté des palmiers à huile a été annexée au domaine de l’Etat, avant de leur refuser l’accès à leurs champs. ‘’ Au début de ce mois d’avril, nous avons été surpris quand nous avons vu des ouvriers envoyé par l’administrateur en train de cueillir les fruits des palmiers à huile se trouvant dans nos champ. Pourtant, ce domaine n’a fait objet d’aucun projet communal. Alors, je ne vois pas pourquoi nous exproprier si ce n’est pas pour des raisons d’utilité publique.’’ S’indigne un membre d’une de ces familles en insistant qu’ils ne comprennent pas comment quelqu’un, fut-elle une autorité, peut s’arroger le droit de récolter ce qu’il n’a pas semé.

Les familles expropriées accusent l’administrateur de la commune Nyanza-Lac de vouloir s’enrichir sur leur dos. De ce fait, elles demandent l’intervention des autorités du pays afin qu’elles soient rétablies dans leurs droits.  ‘’C’est injuste de voir une autorité voler au grand jour le fruit de notre sueur, sans qu’elle soit inquiétée. C’est fort possible que cet argent n’entre pas dans les caisses de la commune. C’est vraiment triste. Nous demandons l’intervention du président de la république. Qu’il sache que nous sommes vraiment victimes d’une injustice.’’          

A ce propos, la rédaction de la RPA a essayé de joindre Marie Goreth Irankunda, administrateur de la commune Nyanza Lac mais sans y parvenir.

Les agents du secteur du transport en commun grincent les dents contre la police de roulage

Mécontentements des acteurs de transport en commun en commune Rugombo de la province Cibitoke. C’est suite à une action de contrôle de  port de masques  amorcée depuis hier par la police.  Les  transporteurs indiquent qu’ils se font taxés à la place de leurs clients qui refusent d’obtempérer.

Cinquante mille  pour les motos et Cent mille francs burundais pour les minibus, telles sont les amandes infligées par la police aux chauffeurs et convoyeurs transportant des personnes qui ne portent pas de masque de protection. Ce qui révolte les chauffeurs qui jugent qu’ils ne devraient pas payer pour les fautes sciemment commises par leurs clients.

 ‘’Nous estimons que ces amendes sont injustes. Tenez par exemple. Tu embarque un passager après avoir vérifié qu’il porte un masque. Mais une fois à l’intérieur, il enlève son masque et des fois on ne le remarque même pas jusqu’à ce que la police vous interpelle.’’

Les chauffeurs considèrent que la police est en train de rendre un mauvais service aux voyageurs car elle les conforte dans leur mauvaise habitude, ce qui ne fait qu’augmenter les risques de contamination à la Covid-19.

 ‘’ Comment peut-on être punis pour une faute commise par un autre ? Et aussi longtemps que la police continuera à taxer les chauffeurs, les passagers n’adopteront jamais les gestes barrière. Pour mettre fin à ça, il faut responsabiliser et punir les passagers fautifs. Il n’y a que comme ça que les gens se conformeront à cette règle. ‘’

Dans l’entre temps, certains agents de roulage commencent déjà à profiter de l’occasion. En effet, certains chauffeurs ont confié à la RPA que des fois, les policiers en abusent et les arrêtent injustement. Ce qui contraint ces chauffeurs à leur donner un petit montant pour qu’ils ne leur donnent pas de contravention salée.

 

Les enseignants vacataires de Mpanda suspendent leurs activités pour non-paiement

Arriérés de deux  mois pour les vacataires de la commune Mpanda en province Bubanza. Payés grâce aux contributions des parents et enseignants de la commune, cette dernière ne les a pas rémunéré alors que les contributions en question sont régulièrement versées.

Les enseignants vacataires que compte la commune Mpanda avoisinent 140. Avant cette année 2021, ils étaient payés par les directions de leurs écoles. Et  c’est depuis que la commune s’est chargée de  leurs rémunérations que les problèmes ont commencé. Pourtant, notre source du domaine de l’enseignement dans cette commune de la province Bubanza, précise que les contributions pour la rémunération des vacataires sont régulièrement données.

‘’ Chaque élève de la commune Mpanda doit payer 1000F,  ce sont leurs parents qui les payent. Les enseignants contribuent aussi. Ceux du niveau D7 payent 1000F et ceux qui ont un niveau universitaire donnent 5000F par mois.’’

Chaque mois, un enseignant vacataire devrait avoir un montant de 100 000 francs burundais. Réclamant les sommes des deux derniers  mois Février et Mars, certains vacataires prestant dans cette commune Mpanda ont donc opté d’arrêter cette activité d’enseignement  depuis ce mardi 13 avril.

‘’ Certains enseignants vacataires ont suspendu les activités. Comme ils ne sont plus payés, ils doivent chercher une autre source de revenus.’’

Nos sources du domaine de l’enseignement en commune Mpanda font savoir que les vacataires sont en nombre non négligeables dans la commune. Ils craignent donc une grande paralysie des activités scolaires s’il advenait que tous les enseignants vacataires suspendent leurs activités en attendant d’être régularisés.

Les mêmes sources ajoutent que les concernés ont saisi la direction communale de l’enseignement ainsi que les directeurs de leurs écoles, mais tous les renvoient à l’autorité communale.

A ce propos, la RPA n’a pas pu joindre l’administrateur de Mpanda, Nadine Nibitanga.

Réquisition des Motorola détenus illégalement par les habitants de Maramvya

Le chef de la zone Maramvya en commune Mutimbuzi de la province Bujumbura, a pris la décision ce lundi 12 avril de réquisitionner toutes les radios-Motorola détenues illégalement par la population. Selon cette autorité administrative, ces dernières seraient utilisées par des gens qui perturbent la sécurité dans cette zone sous sa responsabilité.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 171 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech