Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Burundi : le peu de ciment disponible se partage entre les administratifs et le parti de l’aigle

Les activités de construction en province Cibitoke sont pour le moment quasi-impossibles à cause du manque du ciment. Une fois disponible, une partie de ce ciment est partagée  par les autorités administratives tandis que l’autre finit sa course dans les permanences du parti au pouvoir. Entre- temps, les chantiers des particuliers se détruisent petit à petit. 

Le manque du ciment de l’entreprise Buceco en province Cibitoke n’a toujours pas eu de solution. Selon les informations que nous détenons de certains entrepreneurs œuvrant dans la construction dans cette province, cette carence empiète sur le bon déroulement des activités de construction  et certains chantiers se détruisent surtout durant cette période de  pluie. Le peu de ciment de Buceco disponible de temps en temps  ne parvienne pas au simple Burundais tandis que le ciment importé est cher. « Il n’y en a pas. Même le ciment importé qu’on utilise  en cas de manque du ciment de Buceco, il est passé de 40 milles  à 45 milles francs burundais le sac de 25 kg. Une fois disponible,  le ciment de Buceco va  soit à la permanence du CNDD-FDD de Mugwi,  de Mabayi ou celle de Cibitoke au moment où  le citoyen lambda  ne peut même pas avoir un sac », indique un entrepreneur en construction.

Dans cette province Cibitoke, ils peuvent passer 2 semaines sans trouver même un sac de ciment.  Les maçons manquent donc actuellement du travail. Pour le moment, se lancer dans la construction  demande beaucoup plus de moyens.  « Si tu ne veux pas que ta maison s’effondre, tu dois tout sacrifier. Personne ne s’en soucie. Ce n’est que l’affaire du propriétaire du chantier. Les choses sont ainsi car nous ne pouvons pas changer la vie. Il n’y a pas de ciment. Si la pluie tombe,  tu mets une couverture  pour éviter qu’elle ne s’effondre », déplore un propriétaire d’un chantier.

A côté du ciment donné aux leaders du parti CNDD-FDD pour la construction des permanences,  une autre partie de la quantité disponible est donnée aux autorités administratives de la province. Les propriétaires des chantiers et employés du secteur demandent au gouvernement de s’impliquer dans la distribution du ciment et de veiller à ce que même les moins riches puissent en bénéficier.

Gitega tente une explication

La pénurie du ciment de l’entreprise BUCECO  n’est due qu’à l’augmentation de la demande. C’est du moins les explications de la porte- parole du ministère en charge du commerce.

 S’exprimant sur les ondes de la radio nationale  ce mercredi, Gloriose  NTIBARUTAYE, a toutefois tranquillisé les Burundais  que BUCECO va augmenter sa production avec le début de l’année prochaine.

Quant à la hausse des prix de la petite quantité  disponible, la porte-parole du ministère du commerce parle de spéculation des commerçants.

A Cankuzo, les habitants payent les frais du manque de carburant.

Les habitants de la province Cankuzo font face aux conséquences de la pénurie de carburant. Les prix de transport ont été revus à la hausse. Ce qui ne facilite pas la population qui n’a pas beaucoup de moyens financiers.

Les habitants de la province de Cankuzo font savoir que depuis déjà deux semaines presque toutes les pompes de la province sont à sec. Les  conséquences   ont commencé à se manifester. Notre source  fait savoir que les frais de transport de leur  province vers d’autres  ont augmenté d’une somme variant entre mille et deux milles francs. « Depuis deux semaines, nous sommes dans une pénurie terrible de carburant. Ce qui a engendré plusieurs conséquences. Les prix de transport ont été revus à la hausse. Par exemple, le prix de transport de Cankuzo vers Kigamba qui était à 2 milles francs est à présent à 3 milles francs. Pour se rendre à Muyinga, le prix de transport est entre 6 et 7 milles francs alors qu’auparavant c’était 5 milles francs », indique notre source.  

Les habitants   de Cankuzo soulignent   qu’il leur  est même difficile de trouver le déplacement malgré ces nouveaux tarifs car les bus des agences qui assurent le transport entre les différentes provinces ont été diminués à cause de ce manque de carburant. « Certaines agences qui assurent le transport en commun ont suspendu certains voyages. Par exemple, 5 bus pouvaient fonctionner par jour.  Mais aujourd’hui, un seul bus ou deux fonctionnent par jour. Il y’a même des bus des autres agences qui peuvent passer toute la journée sans assurer le transport du fait de cette pénurie de carburant », ajoute notre source.

Les habitants de la province de Cankuzo demandent au gouvernement burundais de résoudre ce problème qui paralyse tout le pays. Comme  les stations-services n’ont pas de carburant pour servir les clients, au marché noir le prix d’un litre d’essence est de 8 mille francs burundais et le litre de Mazout est à 5 mille francs burundais.

La pénurie du carburant perdure, Gitega n’a pas de solution.

Un mois après, la situation s’empire. Actuellement, peu de stations-services  servent du carburant en mairie de Bujumbura. Pour l’avoir, il faut passer plusieurs heures d’attente.

A notre passage sur différentes stations-services très tôt le matin de ce mercredi, certains clients nous ont confié que leurs voitures ont passé la nuit sur place près des pompes d’essence, d’autres  s’y sont rendus  depuis 5 heures du matin.

Plus le temps passait, plus les files d’attente  s’allongeaient jusqu’à perturber  la circulation routière durant les heures de pointes  pour ceux qui se rendent au travail.

A notre arrivée à la station-service communément appelée Chez  Katikati à 6 heures 30 minutes, les véhicules formaient une  seule file d’attente. Une heure plus tard, les files de véhicules étaient au nombre de 3. La police en charge de la circulation routière est intervenue pour gérer les files car la route était barrée par les véhicules en attente d’être servis.

Malheureusement, ces agents de la police de roulage  ont  provoqué du désordre.  Ils  recevaient des pots de vin  et  facilitaient  certains  à être servis plus vite. Ce qui, à un certain moment, a révolté la foule en attente.

La station Interpétrol du quartier asiatique servait du carburant aussi ce mercredi matin. Les véhicules étaient si nombreux   dans les petites ruelles du quartier. Le débordement se remarquait aussi à la  station Interpétrol située près de la boîte de nuit  Le Cristal.

Autres constats, les motos exerçant le transport,  qui dans les conditions normales ne sont pas autorisées à arriver au centre-ville, se remarquaient aussi faisant la file. Des gens qui venaient chercher l’essence dans les bidons  étaient également en nombre  considérable. Sur les files d’attente, les habitants de la capitale économique se lamentaient. La pénurie du carburant leur fait enregistrer  des pertes. Ils passent  beaucoup de temps à attendre leur tour d’être servis et par conséquent leurs activités sont perturbées.

Entre-temps, pas de carburant  dans les onze stations-services indiquées par le gouvernement pour servir  des véhicules de transport.

Les chauffeurs de bus de transport en commun disent qu’ils viennent de passer des jours sur des longues files  devant  les stations-service  à l’attente du carburant. Ce qui les étonne le plus est que, depuis plus de deux semaines, la direction de gestion de produits pétroliers et gaziers leur avait communiqué la liste de 11 stations-services en ville de Bujumbura qui serviront  uniquement ces véhicules de transport. Paradoxalement, ces stations-service n’ont pas de carburants. « On nous avait dit que les camions de transport de marchandises ainsi que les bus de transport peuvent s’approvisionner rapidement en carburants sur des stations mis à part pour eux. Mais malheureusement, le carburant n’est pas disponible. Les chauffeurs de ces camions et bus sont chaque jour sur des  files d’attente pour recevoir du carburant. C’est très honteux, il n’y a pas de carburant. Et nous ne voyons pas ce qui est en train d’être fait pour que ce problème soit résolu. Par contre, la situation s’empire du jour au jour », raconte un chauffeur.

Essayant de gérer la situation actuelle, certains chauffeurs avouent soudoyer les pompistes pour qu’ils les servent. Notre source est un chauffeur de véhicule de transport  dans la  ville de Bujumbura qui témoigne. « Si tu ne te mets pas sur les longues files d’attente, tu donnes alors des pots de vin à la station-service ou tu paies entre 4 mille francs ou 4500 francs un litre de mazout. Sinon les longues files d’attente ne finissent jamais ».

Ces chauffeurs de bus de transport font savoir que ce problème de pénurie de carburant devient encore plus grave  dans les provinces de l’intérieur du pays. Ils demandent ainsi au gouvernement de tout faire pour résoudre ce problème une fois pour toutes car la vie est paralysée lors que la population ne peut pas se déplacer.

 Gitega n’a pas voulu monter le prix à  la pompe

La pénurie du carburant au Burundi s’explique par le fait  que le gouvernement burundais  n’a pas voulu  revoir à la hausse le prix à la pompe de ce produit au moment où le prix du carburant a monté  sur le marché international  et dans les  pays voisins du Burundi. C’est du moins l’explication qu’a donné le ministre ayant l’énergie dans ses attributions  qui était convoqué jeudi le 28 octobre 2021 par le sénat burundais.

Le Burundi  ne  l’a pas fait par amour de la population, explique le ministre Ibrahim Uwizeye qui reconnait tout de même que les stocks stratégiques du carburant sont vides. Mais, cette autorité n’a présenté aucune voie de sortie.

Plongé dans le noir, Kirundo n’a ni eau ni carburant.

Le chef de lieu de la province de Kirundo n’a ni eau ni électricité depuis trois jours. A cela s’ajoute le manque du carburant qui s’observe depuis plusieurs jours. Les victimes se comptent parmi ceux qui exercent des petits métiers.

Dans les 7  quartiers du chef-lieu de la province de Kirundo  à savoir   Kavogero, Nyange-Bushaza, Rupfunda, Runanira 1,2 et 3 et    Karobogo,   il n’y ni eau ni électricité.  Notre source   indique  que ceux qui vivent des petits métiers ne savent plus à quel saint  se vouer suite à cette situation. « Après plusieurs jours sans carburant, la situation s’est maintenant empirée parce qu’il n’y a ni électricité ni eau distribuées par la REGIDESO. Ceux qui exercent des petits métiers comme des soudeurs et menuisiers et   ceux qui ont besoins du courant  tout le temps comme des vendeurs  du lait   sont les grands perdants », a- t- elle martelé.  

Pour puiser de l’eau actuellement, les uns vont à deux kilomètres  dans un endroit appelé Rurata  et  d’autres  se rendent à Marimano. Ceux qui exercent les petits métiers exigeant de l’électricité ne sont pas  en train de travailler parce que ils n’ont ni le courant ni le carburant car  ce dernier coûte énormément cher  au  marché noir où  il reste disponible. « Même  ceux qui utilisaient du carburant lorsque  il n’y a pas de l’électricité,  cela n’est plus possible à présent puisque  le prix d’un litre varie entre  cinq et six milles. Personne parmi ceux qui font de petits métiers n’est à mesure d’acheter ce produit », poursuit notre source.   

Les habitants du chef-lieu de la province de Kirundo demandent aux autorités de trouver une solution à tous ces problèmes

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 192 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech