Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

L’usage des emballages de récupération se poursuit malgré le dépassement du délai accordé par le BBN

L’usage des emballages de récupération se poursuit malgré le dépassement du délai accordé par le BBN

Les emballages de récupération sont toujours en circulation dans la ville de
Bujumbura comme à l’intérieur du pays alors que le délai accordé par le
Bureau Burundais de la Normalisation et du contrôle de la qualité a expiré
depuis environ trois semaines. La population déplore que le gouvernement
n’a rien prévu pour la substitution de ces emballages de récupération.
Dans les provinces de Cibitoke et Ngozi, les emballages de récupération sont
toujours utilisés. Par rapport au délai fixé par le Bureau Burundais de la
Normalisation et du contrôle de qualité, les habitants de la province Cibitoke
qui se sont entretenus avec la RPA avouent avoir entendu la décision mais ils
expliquent qu’ils manquent les emballages de remplacement. «  En réalité, les
emballages de récupération que ce soit les bouteilles de jus ou encore celles de
Kinju, sont utilisés partout dans la province Cibitoke. Partout, que ce soit
l’huile de palme ou encore d’autres types d’huile, tout est emballé dans ces
emballages de récupération. Et puis, dire que le gouvernement aurait introduit
d’autres emballages de substitution, cela n’a jamais été le cas ici chez nous.
Depuis même l’annonce de la décision du BBN, nous n’avons pas vu d’autres
emballages de substitution. »
Quant à la province Ngozi, la population indique que c’est comme si cette
décision du BBN ne les concerne pas. « La décision n’est point respectée. Les
emballages de récupération sont utilisés sans aucun problème ici à Ngozi. On
dirait qu’aucune mesure interdisant leur usage n’a jamais existée. On trouve ces
emballages de récupération partout dans les boutiques et marchés. Comment ils
peuvent interdire leur usage alors qu’il n’y a pas d’autres emballages de
substitution. Le pire est que même les sachets sont toujours utilisés de même que
ces emballages de récupération telles les bouteilles de Kinju, celles de
Zanzamuka Wine, Karibu, Terama et autres. La mesure n’est pas respectée.»
Les sources de la RPA dans la province Rumonge font savoir que les emballages
de récupération sont également utilisés.
La situation est pareille dans la ville de Bujumbura. « Jusqu’à présent quand
nous achetons de l’huile, on nous sert dans ces bouteilles récupérées. On
utilise les bouteilles des boissons Energie, Aquavie, Tangawizi et d’autres
bouteilles. Que ce soit au marché de Jabe, à Ruvumera, ou encore Chez Sion, on
utilise toujours ces emballages de récupération. » Rapporte un citadin.
Selon les habitants de différents coins du pays, l’application de cette mesure
interdisant l’usage de ces emballages n’est pas pour bientôt suite au manque
d’emballages de remplacement.

La date butoir avait été fixée au 31 mars 2023 par le Bureau Burundais de
Normalisation et Contrôle de la Qualité. La rédaction de la RPA n’a pas encore
pu le joindre Sévérin SINDAYIKENGERA directeur général du BBN pour
s’exprimer là-dessus.

Des pluies diluviennes causent la mort d’une personne et plusieurs dégâts matériels à Nyabiraba

Des pluies diluviennes causent la mort d’une personne et plusieurs dégâts matériels à Nyabiraba

Une personne est morte, vingt maisons d’habitations ont été détruites par de
fortes pluies qui se sont abattues sur les différentes collines de la commune
Nyabiraba en province de Bujumbura dans la nuit de lundi à mardi. Ces pluies
ont également endommagé plusieurs champs de culture, laissant les habitants
de cette localité dans la désolation. Certaines victimes de ces intempéries sont
logées par des voisins et demandent d’être assistés.
Les collines les plus touchées par ces pluies diluviennes sont Mayemba et
Gasarara, toutes de la commune Nyabiraba en province de Bujumbura. Les
témoins sur place indiquent qu’une personne a été tuée par l’effondrement de
sa maison et vingt maisons d’habitations ont été détruites.
Pour le moment, les victimes de ces intempéries sont dans la désolation totale
et sont logées par des voisins, témoigne un habitant de la localité : «  Cette
pluie a coûté la vie à une personne âgée. Elle était à l’intérieur d’une maison
quand cette dernière s’est effondrée et elle est morte sur place. Une vingtaine
de maisons ont été également détruites et certains occupants sont hébergés
par des voisins, d’autres logent toujours dans les décombres. »
Cet habitant de la localité frappée par ces fortes pluies fait également savoir
que plusieurs champs de cultures ont été endommagés et précise que les
sinistrés seront sans doute touchés par la famine. « Plusieurs champs de
cultures dont le haricot, le manioc et les oignons ont été détruits par la grêle.
Les bananerais et les tomates ont été également endommagés par cette forte
pluie. »
La population victime de ces aléas climatiques demande au gouvernement une
assistance en nourriture. Elle demande également à tous les bienfaiteurs de lui
offrir des tôles ou des tentes pour couvrir les maisons dont la toiture a été
emportée afin de trouver un abri surtout en cette période de fortes pluies. A ce
propos, la rédaction de la RPA n’a pas pu joindre l’administrateur de la
commune de Nyabiraba.

Inondations de Gatumba : les parents s’inquiètent pour la poursuite des études de leurs enfants

Inondations de Gatumba : les parents s’inquiètent pour la poursuite des études de leurs enfants

Certains parents de la zone Gatumba de la commune Mutimbuzi en province
Bujumbura demandent au gouvernement de préparer les écoles dans lesquelles
leurs enfants débuteront le troisième trimestre de l’année scolaire en cours. Ils
font savoir que leurs enfants ne pourront pas fréquenter leurs anciens
établissements qui sont actuellement entourées d’eaux.
Les écoles envahies par les eaux de la rivière Rusizi c’est notamment l’école
fondamentale Mushasha 1, l’école fondamentale Mushasha 2 et l’école
fondamentale de Warubondo. Nos sources dans cette zone indiquent que ces
écoles sont complètement entourées par les eaux.
Au moment où le début du troisième trimestre de l’année scolaire en cours est
prévu lundi, les parents se demandent comment leurs enfants vont poursuivre
leurs études. Ils demandent aux chargés de l’éducation et aux autorités
administratives de résoudre la question. « Nous pensons que la solution c’est la
délocalisation des élèves vers un autre endroit pour ce troisième trimestre car
c’est impossible d’accéder aux anciennes écoles. »
A part que les inondations ont envahi l’école fondamentale de Warubondo,
même le pont qui mène à cette école a été détruit. « Le pont qui avait été
construit par les habitants de la zone et qui facilitait les élèves et les enseignants à
accéder à l’école fondamentale de Warubondo a été détruit par les inondations. Il
y a un fossé très vaste et c’est très difficile de le traverser à pied. »
Nous n’avons pas pu joindre Siméon BUTOYI, administrateur de la commune
Mutimbuzi pour s’exprimer sur les préoccupations des parents des élèves.

Inondations de Gatumba : la population réclame la digue

Inondations de Gatumba : la population réclame la digue

Certains habitants de Gatumba n'ont plus d'abris après les inondations qui ont
envahi leurs ménages depuis le début de la semaine dernière. Les habitants de
cette zone de la commune Mutimbuzi de la province Bujumbura demandent au
gouvernement de leur construire des digues.
Les habitants des quartiers Kinyinya et Mushasha, qui ont été envahis par les
eaux de la rivière Rusizi, demandent aux autorités habilitées de trouver des
solutions immédiates pour les eaux sales déversées dans les ménages et dans
les rues suite aux débordements des latrines. Certains d’entre eux expliquent
qu’ils sont hébergés par les voisins et que d’autres passent la nuit dans les rues.
Ils indiquent qu’ils ne peuvent pas se réfugier dans les sites des déplacés de
parce qu’il n’y a pas assez de nourriture. Il ne serait plus possible de faire leurs
activités génératrices de revenus qui leur permettaient de survivre. « Il y a ceux
qui sont partis dans les sites parce qu’ils n’avaient pas de choix sinon la majeure
partie sont toujours ici dans la rue. Pendant la nuit, ils dorment sous des
couvertures ou des tentes qu’ils érigent dans la rue ou tout près des habitations
des voisins. » Les habitants de la zone Gatumba demandent au gouvernement
de leur construire des digues comme promis. La construction des digues c’est
ce qu’a également rappelé le chef de la localité Komera du secteur Mushasha 2
Logatien Bandyambona lors de l’interview accordée aux journalistes de
différents médias le mardi dernier. « Nous demandons au gouvernement de se
ressaisir et de tenir sa promesse en ce qui concerne les digues sinon toute cette
partie va être engloutie par les eaux. Et vous journalistes aidez-nous à
demander où ils en sont. Nous continuons de faire des réclamations et ils nous
disent que c’est pour bientôt mais nous ne savons pas où ils en sont. Nous
pouvons reconstruire ces maisons qui ont été détruites, nous n’avons pas de
choix. Mais d’abord, que le gouvernement nous érige ces digues. »
La zone Gatumba de la commune Mutimbuzi a été envahie à plusieurs reprises
par les eaux suite aux crues de la rivière Rusizi et du lac Tanganyika depuis trois
ans.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 456 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech