Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Rumonge: L’épidémie de Choléra se propage à grande vitesse faute d’eau potable

Rumonge: L’épidémie de Choléra se propage à grande vitesse faute d’eau potable

L’épidémie de la maladie de choléra continue à se répandre dans la province  Rumonge. Samedi dernier le 30 septembre, 2 personnes ont été déclarées atteintes de cette maladie sur la colline Minago en commune Rumonge. Les mesures d’hygiène arrêtées par l’administrateur de la commune Rumonge pour prévenir cette maladie ne peuvent pas être appliquées vu le manque criant d’eau potable dans ces localités déjà atteintes par cette maladie.

Le 30 septembre 2023 est sorti le communiqué de l’administrateur de la commune Rumonge, Augustin Minani, annonçant à la population la manifestation de deux nouveaux cas de choléra sur la colline Minago de la commune Rumonge. Les habitants  sont inquiétés par cette propagation. ‘’Cette épidémie est en train de se propager à grande vitesse. Avant, cette maladie se trouvait au centre-ville de Rumonge dans les quartiers de Nkayamba et Kanyenkoko. Mais actuellement, elle s’est propagée sur la colline de Minago.’’ Ces habitants craignent le pire si rien n’est fait dans l’immédiat, surtout que le  centre-ville de Rumonge n’est pas alimenté en eau potable alors qu’il compte déjà beaucoup de cas de choléra. ‘’Nous faisons recours à l’eau du Lac Tanganyika, car il n’y a pas d’autres sources d’eau potable’’, s’indigne notre source en commune Rumonge.

Bien que l’administrateur de la commune Rumonge ait demandé à la population à travers son communiqué de suivre les mesures d’hygiène pour la prévention de cette maladie, en évitant de faire la lessive dans le lac Tanganyika et aussi dans d’autres rivières qui se déversent dans ce lac,  ne pas vendre de la nourriture et des boissons dans des endroits n’ayant pas de l’eau potable et des latrines, ces habitants trouvent que ‘’ces mesures ne sont pas applicables vu qu’ils n’ont que de l’eau sale du lac Tanganyika seulement.’’

Depuis le début du mois de Septembre de cette année, l’épidémie de Choléra est déclarée  dans les provinces de Rumonge, Bujumbura et Cibitoke, et en  mairie de Bujumbura, plus particulièrement dans les localités où il s’observe un manque criant d’eau potable.

 

 Nième épidémie de choléra

Nième épidémie de choléra

Trente personnes étaient ce mardi 05 Septembre 2023 sous traitement du choléra. Selon le ministère de la santé publique, l’épidémie  est déjà détectée dans 3 différentes provinces du pays. Pour la population, le manque d’eau potable dans différentes localités du pays est  une des causes de l’épidémie.

 

Les trois provinces qui enregistrent des cas de choléra sont Bujumbura Mairie, Bujumbura dit Rural et la province Cibitoke. ‘’22 patients sont alités à l’hôpital Prince Régent Charles de Bujumbura, 3 à Gatumba et 5 autres en commune Rugombo de la province Cibitoke.’’ A déclaré ce mardi, Dr Polycarpe Ndayikeza, le porte-parole du ministère de la santé publique.

12 parmi ces cas ont été détectés ce lundi 04 Septembre.

 

Grande pénurie  d’eau potable

La zone Gihosha de la commune urbaine de Ntahangwa (nord de la capitale Bujumbura) est une des localités qui font face à la maladie. Trois cas ont été détectés ce 04 Septembre : deux au quartier Nyabagere et un au quartier Muyaga.

Les habitants de ces quartiers affirment que la maladie s’est déclarée à cause du manque d’eau potable.  ‘’La pénurie d’eau qui se manifeste  en mairie de Bujumbura et surtout au  quartier Muyaga de la zone Gihosha, commence à entraîner des conséquences. Ça fait plusieurs  jours que nous n'avons pas d'eau. Et nous avons déjà des cas de choléra à cause du manque d’hygiène.’’ Déclare un habitant du quartier Muyaga.

Malgré l’épidémie, rien n’est encore fait pour limiter l’augmentation des malades. Les habitants de ces quartiers de Gihosha utilisent toujours  l’eau sale de la rivière Nyabagere.

‘’On achète un bidon de 20 litres d’eau propre  à un prix variant entre 500 et 1000 BIF. Très peu de gens peuvent acheter toute la  quantité nécessaire  surtout en cette période d’épidémie. Beaucoup optent pour l’utilisation d’eau de la rivière Nyabagere. Malheureusement, l’eau de cette rivière contient beaucoup de microbes, raison pour laquelle cette épidémie de choléra ne peut pas manquer.’’ Précise notre source qui regrette aussi que la lutte contre la maladie ne sera pas facile si la pénurie d’eau potable perdure.

Le directeur général de la Régie de Distribution de l’Eau  ne s’est pas encore exprimé sur cette pénurie d’eau surtout en cette période d’épidémie de choléra.

 

Cankuzo : L’hôpital de Murore sans eau ni électricité depuis une semaine

Cankuzo : L’hôpital de Murore sans eau ni électricité depuis une semaine

L’hôpital  de Murore  situé en commune Gisagara de la province Cankuzo  connaît  un manque criant d’eau et de l’électricité depuis 6 jours.  Suite à ce problème, certaines activités sont suspendues.

 

Le personnel de l’hôpital  Murore  situé en  commune Gisagara  de la province  Cankuzo (Est du pays)  indique  que la tâche n’est pas facile pour eux suite  au manque de l’électricité observé dans cette structure sanitaire depuis six jours. L’hôpital n’a pas aussi d’eau durant toute cette période car le moteur qui aide  à  l’alimentation en eau potable fonctionne grâce au courant  électrique.  Certains services ont été suspendus suite  à ce manque de l’électricité.

 ‘’La situation n’est pas facile.  Le manque d’électricité  va de pair avec celui d’eau. Les conséquences sont énormes. Le travail est presque suspendu car nous utilisons la technologie moderne qui nécessite du courant électrique.’’ Explique un employé de l’hôpital.

Nos sources de cet  hôpital  précisent que certains  services sont en difficulté  suite au manque d’eau. Les plus  touchés sont celui de la maternité et la petite chirurgie.   ‘’La propreté n’est pas assez surtout là où se trouve les maladies ayant des  plaies et à la maternité. Nous ne nettoyons  même pas les chambres, les latrines aussi.’’

Actuellement donc  pour trouver de l’eau,  les malades  vont en acheter dans  les ménages avoisinants cette structure sanitaire.

Le personnel de cet hôpital de Murore et les citoyens qui le fréquentent demandent  que ce problème soit vite résolu pour que les malades ne soient plus en difficulté mais aussi pour prévenir les maladies des mains sales.  

Le directeur de l’hôpital Murore et  le responsable de la REGIDESO en province Cankuzo n’ont pas encore donné leurs commentaires.

Cibitoke : Un bras de fer autour de la nomination du directeur du district sanitaire

Cibitoke : Un bras de fer autour de la nomination du directeur du district sanitaire

Le district sanitaire de Cibitoke  vient de passer près de deux mois sans dirigeant. Pourtant le ministre avait, il y a près de 2 semaines,  procédé à la nomination d’un directeur qui devrait remplacer le sortant .Une nomination qui se heurterait à une résistance d’un groupe de gens qui voudrait placer  le leur dans ce poste. Mais en attendant l’issu  de ce bras de fer, il y a paralysie de certains travaux au sein du district.

 Le 22 août cette année 2023, le ministre de la santé  a sorti une ordonnance ministérielle portant nomination des chefs des districts sanitaires  dans  tout le pays. Sur la liste des médecins nommés, se trouve le nom du Docteur Emile Ruzocimana  affecté à la direction du  district sanitaire de Cibitoke en province Cibitoke (nord-ouest du pays)  en remplacement du Docteur Célestin Ndayizeye. Ce dernier  a démissionné de ce poste depuis le début du mois de juillet cette année 2023. Il aurait été engagé par l’organisation mondiale de la santé OMS.

Nos sources à Cibitoke indiquent qu’il était prévu que Dr Emile Ruzocimana  entre dans ses fonctions  mardi dernier 29 août. La  prise des fonctions n’a finalement  pas eu lieu. Selon nos sources dans le secteur sanitaire en province Cibitoke, un groupe des gens qui ne voudraient pas voir Dr  Ruzocimana  occuper ce poste ferait  feu de tout bois pour placer dans ce poste un des leurs, le Dr  Egide Ndayishimiye d’après les mêmes sources. C’est ce groupe qui selon les mêmes informations,  tenterait de corrompre la ministre de la santé  pour qu’elle annule la nomination du Dr Emile Ruzocimana.

Dans l’entretemps,  des sources dans le district  sanitaire de Cibitoke signalent une paralysie de certaines activités qui devraient être effectuées par le médecin chef de district.

La rédaction de la RPA a voulu connaitre le point de vue de Jean Claude Habiyaremye médecin provincial  mais il  n’a pas voulu  s’exprimer sur les micros de la RPA. La rédaction n’a pas également pu avoir la réaction  de la ministre de la santé Dr Sylvie Nzeyimana.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 161 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech