Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Isare : Situation précaire des habitants de la colline Benga après une expropriation

Isare : Situation précaire des habitants de la colline Benga après une expropriation

Certains résidents de la colline Benga, située dans la commune Isare  de la  province Bujumbura font face à des difficultés extrêmes, ayant été expropriés par le gouvernement pour ses projets. Ils attendent depuis deux mois le versement des indemnités promises et actuellement  ils vivent dans des tentes  faute de logement décent.

Un projet de construction d’une route est en cours d’exécution sur la colline Benga de la commune Isare. La population de la colline a été dépossédée de ses propriétés sans recevoir les compensations financières prévues. Certains résidents, dont les maisons ont été démolies, témoignent de leur désarroi, soulignant le manque de soutien gouvernemental. L'un d'entre eux déclare : "Ce qui nous attriste, c'est qu'ils ont démoli nos maisons sans nous verser les indemnités. Nous sommes vraiment plongés dans une désolation  totale, car nous ne savons pas où aller."

En plus des maisons, même les cultures n’ont pas été épargnées.  Des champs de cultures ont été détruits par des machines.  Une situation qui aggrave la précarité  de cette population.

Cette population déplore  aussi qu’elle  n’ait pas été avertie  à temps  car, souligne-t-elle, elle n’aurait pas par exemple semé sachant qu’elle quittera dans la localité.

Ces habitants de Benga  actuellement contraints de vivre dans des huttes temporaires vulnérables aux intempéries et au froid, appellent les autorités, en particulier  le gouvernement, à honorer  leurs engagements en versant les indemnités promises et ainsi leur permettre de reconstruire leur vie ailleurs et échapper aux rigueurs des intempéries.

Nous n’avons pas pu avoir la réaction de  Gilbert Niyonkuru,  administrateur de la commune Isare.

 

Rutana: Les indemnités créent des divisions au sein des employés de l’hôpital Gihofi

Rutana: Les indemnités créent des divisions au sein des employés de l’hôpital Gihofi

Certains employés de l’hôpital Gihofi situé en province Rutana  dénoncent des inégalités  dans l’octroi des indemnités. Accomplissant pourtant les mêmes tâches, ces employés déplorent  le fait que les nouveaux recrus sont mieux traités plus que les anciens.

Les membres du personnel de l’hôpital de Gihofi, qui s’indignent sont constitués des employés les plus expérimentés. Ils indiquent que les indemnités, en l’occurrence celles de logement et de déplacement qu’ils perçoivent, sont inférieures à celles perçues par les employés les moins anciens : ‘’Les employés recrutés à partir de  2017  reçoivent des indemnités égales à 60% de leur salaire de base. Même ceux recrutés cette année 2023 perçoivent  60% de leur salaire de base comme indemnités ‘’, témoigne l’un des anciens employés de cet hôpital situé dans le sud-est du pays.

Ces  anciens employés  bénéficient eux des indemnités forfaitaires et ces dernières sont inférieures aux indemnités perçues par les autres. ‘’ Nous n’avons  jamais su sur quels critères ils se sont basés’’,  déplorent nos sources.

Ces employés lésés de l’hôpital de Gihofi demandent qu’ils soient traités comme les autres. Si les indemnités à donner sont considérées comme forfaitaires, les employés d’une même catégorie devraient en principe recevoir des montants égaux, estiment-ils.

Claver Ndayikengurukiye, médecin directeur de l’hôpital de Gihofi n’a pas encore donné son commentaire.

 OBR : La clientèle se plaigne de la corruption et de la lenteur des services

OBR : La clientèle se plaigne de la corruption et de la lenteur des services

Grognes au sein de la population qui sollicite les services de l’Office Burundais des Recettes (OBR en sigle) situé à Bujumbura,  la capitale économique. Les demandeurs de service dénoncent  la lenteur de leurs services, une situation aggravée par la corruption. Ils demandent au gouvernement de résoudre ce problème en adoptant des techniques plus rapides et plus efficaces pour faciliter sa clientèle.

Arrivé au bureau de l’Office Burundais des Recettes en Mairie de Bujumbura, on y trouve de longues files de personnes ainsi que d’autres qui sont assises dehors en attente d’être reçues par les agents de l’OBR. ‘’Nous allons d’abord verser l’argent à la banque et nous y trouvons de longues files d’attente, puis quand nous arrivons à l’OBR pour présenter le bordereau de paiement, c’est plus pire. Nous pouvons  passer 2 jours à attendre notre tour d’être reçu’’, se lamente l’un des clients de l’OBR.

Certains clients de l’OBR affirment que pour éviter cette longue attente, les gens doivent verser des pots-de-vin aux agents de l’OBR. ‘’Au lieu de travailler honnêtement, ils exigent de l’argent pour te rendre service. Pour un document que tu pouvais avoir en payant 50 mille BIF, tu peux payer jusqu’à 100 mille BIF  pour l’avoir’’, martèlent-ils en colère.

Les demandeurs de services à l’OBR de Bujumbura demandent  au gouvernement de mettre en place d’autres moyens qui leur  faciliteront de payer les taxes et les impôts comme le système de paiement par  téléphones mobiles afin de ne pas perdre trop de temps. Ils insistent aussi auprès du gouvernement de combattre fortement la corruption pratiquée par les agents de cette institution.

Nous n’avons pas pu recueillir la réaction des responsables de l’OBR.

Gitega : Des dizaines de familles réclament une indemnisation pour leurs parcelles cédées à la construction de routes

Gitega : Des dizaines de familles réclament une indemnisation pour leurs parcelles cédées à la construction de routes

Les propriétaires des maisons  des collines Birohe et Ceru  de la commune Gitega en province Gitega qui ont été détruites  dans le but d’élargir les routes passant par ces collines, réclament une indemnisation. Alors que la construction de ces routes a commencé il y a un mois, les propriétaires de ces maisons n’ont reçu même une pièce.

Depuis environ deux mois, certaines maisons des collines Birohe et Ceru sont en train d’être détruites pour céder la place à la construction de deux  routes qui passent sur les deux collines. Les propriétaires de ces maisons  qui avoisinent une cinquantaine, se plaignent que quand ils réclament une indemnisation, l’administration communale  leur  répond  qu’ils ont contribué dans les travaux de développement.

Ces propriétaires de maisons  précisent qu’ils ne sont pas contre le développement mais qu’ils ont droit à une indemnisation. A part que certaines de ces maisons qui ont été détruites étaient utilisées dans les activités génératrices de revenus, des revenus  qu’ils ne reçoivent plus  en conséquence, ces propriétaires de maisons précisent aussi qu’ils avaient  engagé beaucoup d’argent pour avoir  ces parcelles et maisons détruites.

Les travaux de réhabilitations des deux routes qui passent sur les collines de Birohe et Ceru ont débuté depuis plus d’un mois.

L’administrateur de Gitega, Dr Jacques Nduwimana, n’a pas encore donné son commentaire.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 264 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech