Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Cibitoke, province coupée à l’accès à l’eau potable

Cibitoke, province coupée à l’accès à l’eau potable

 Les robinets publics sont fermés depuis plusieurs jours dans la province Cibitoke, sur ordre du responsable de la REGIDESO dans ladite province. Les habitants de la province craignent d’attraper des maladies surtout le choléra qui s’est déjà déclaré dans cette province.

 

Depuis plus d’une semaine, les robinets publics des six communes de cette province du nord-Ouest du pays sont fermés. Les habitants de ladite province  qui se sont confiés  à la RPA révèlent que c’est le responsable de la REGIDESO à Cibitoke qui leur a coupé l’accès à l’eau potable.

Nos sources dans cette province disent ignorer les raisons qui ont poussé ce cadre de la REGIDESO à prendre cette décision qui rend difficile leur quotidien. Selon cette population, même les rivières ne sont pas proches de leurs ménages afin d’utiliser l’eau de ces rivières. Les habitants du secteur Rusiga et ceux du quartier Sahara de la commune Rugombo (chef-lieu de la province), sont les plus affectés  par la fermeture de ces robinets publics. Ceux qui ont des vélos se déplacent vers Murambi en commune Buganda, et  dans une localité appelée Rukerereza vers la  commune Mugina, tandis que d’autres utilisent l’eau de la rivière Nyamagana, qui est tellement sale, parce qu’ils n’ont pas d’autre choix.

Ignorant quand la mesure sera levée, ils craignent pour leur santé. La province Cibitoke est parmi les trois provinces du pays  qui font face à l’épidémie du choléra. Les habitants de Cibitoke ont peur donc que l’épidémie ne se propage à grande échelle suite au manque d’hygiène.

Le gouverneur de la province  Cibitoke Carême Bizoza  n’a pas encore réagi à cette situation de même que ce responsable de la REGIDESO en province Cibitoke.

Bujumbura: Perturbation des activités  suite aux coupures du courant électrique

Bujumbura: Perturbation des activités suite aux coupures du courant électrique

Coupures intempestives  du courant électrique  dans différents  quartiers  de la mairie de Bujumbura. Les habitants des quartiers  Kamenge, Mutakure et Cibitoke  déplorent  que cette situation perturbe leurs activités.

 

Ces coupures du courant électrique se font  remarquer surtout  la nuit dans le quartier Mutakura et la journée dans les quartiers comme Kamenge et Cibitoke.  Ces coupures perturbent  différentes activités  génératrices de revenus. Les habitants de ces quartiers regrettent que leurs activités soient paralysées.

‘’Ici  à Mutakura, la coupure du courant s’observe surtout  la nuit. Ceux qui utilisent le courant électrique comme les bouchers, ceux qui vendent du lait, toutes ces personnes enregistrent actuellement  d’énormes pertes.’’ Explique un  habitant  du quartier Mutakura.

Actuellement, les habitants de ces quartiers demandent  à la REGIDESO de trouver la solution à ce problème car même les voleurs profitent de l’absence du courant électrique.  ‘’Nous demandons au gouvernement de nous donner le courant électrique  car quand il n'y a pas de courant, les voleurs profitent de la situation.’’

Les coupures de courant électrique  ne sont pas signalées uniquement dans ces trois quartiers. Des sources dans d’autres quartiers de la capitale  économique révèlent aussi qu’ils observent souvent des coupures du courant électrique.

Les responsables de la REGIDESO  ne se sont pas encore exprimés sur ces coupures de courant électrique en mairie de Bujumbura.

La RN7 devrait être réhabilitée

La RN7 devrait être réhabilitée

 Les usagers de la Route Nationale 7 déplorent l’état défectueux de la route. Pleins de nids de poule, les véhicules sont abîmés. Les usagers de la route surtout  les chauffeurs des véhicules de transport en commun appellent à la réhabilitation de la route avant qu’il n’y ait des accidents.

Les chauffeurs qui empruntent la RN 7, qui va de la zone urbaine de Musaga jusqu’en commune Nyakararo en passant par Ijenda, disent que leurs véhicules sont régulièrement abîmés suite aux nids de poule se trouvant  à plusieurs endroits de la route. Selon un chauffeur, la réparation des véhicules leur coûte beaucoup d'argent.

‘’Nos véhicules s’abîment, nous sommes obligés de dépenser beaucoup car nous les faisons souvent réparer. La route est en mauvais état surtout à partir de la localité de Kamesa, elle est pleine de nids de poule’’, déplore un des chauffeurs, usagers de la route RN7.

Ces usagers de la route  indiquent  qu'il y a du matériel de réhabilitation des routes déposé à certains endroits, un matériel qui n’est pas jusqu’ici utilisé.

‘’Quand tu arrives à Nyamutenderi tu vois des tonneaux remplis de goudron et de gravier, avant il y avait aussi des engins utilisés dans la réhabilitation de routes  mais actuellement il n’y en a plus. A  Nyabiraba,  il y  avait 15 camions garés  dans la localité de Rugobe  mais ils ne sont plus là.’’ Décrit le chauffeur.

Les usagers de cette route Musaga-Ijenda-Nyakararo demandent au gouvernement de la réhabiliter pour éviter d'éventuels accidents.

Le ministère en charge des infrastructures  n’a pas encore réagi.

Cankuzo: Le chef-lieu de  Mishiha dans le noir

Cankuzo: Le chef-lieu de Mishiha dans le noir

Coupure d’électricité au  chef-lieu de la commune Mishiha en province Cankuzo  depuis mercredi dernier. Les habitants  de la commune demandent à la REGIDESO de trouver une solution durable au problème à l’origine  de cette coupure d’électricité qui paralyse leurs activités quotidiennes.

 

Le chef-lieu de la commune Mishiha  n’est pas éclairé depuis actuellement  quatre jours. Des activités nécessitant du courant électrique sont  paralysées  dans cette partie  de l’Est du Burundi. ‘’Nous n’avons pas d’électricité  depuis mercredi le 6 Septembre. Des poteaux électriques  sont tombés suite aux  pluies torrentielles  qui se sont abattues  sur la localité. Quelques activités dont la soudure, les moulins et autres sont paralysées et ces activités nécessitant de l’électricité sont très nombreuses au centre  de la commune.’’ Explique un des habitants de la localité.

Les conséquences ont commencé à se sentir. Les habitants du chef-lieu de Mishisha  font savoir   que ceux qui possèdent  des machines génératrices d’électricité ont  majoré leurs prix. ‘’Certains utilisent le carburant pour leurs machines électriques. Ils haussent les prix de leurs services. Par exemple, au moulin on payait 70 ou 80 BIF pour moudre le riz mais actuellement on paie 110 BIF. Les prix ont grimpé également pour d’autres services dont les salons de coiffure.’’  Ajoute notre source.

Ces habitants du chef-lieu de la commune Mishiha font savoir que ce n’est pas la première fois qu’il y ait coupure  d’électricité dans cette localité. Ils demandent aux responsables de la REGIDESO d’utiliser des  poteaux électriques  plus résistants  pour que la situation ne se reproduise pas à chaque fois qu’il y a de fortes pluies.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 669 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech