Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Gihanga : Le village 3 dans l'obscurité depuis 2 mois

Gihanga : Le village 3 dans l'obscurité depuis 2 mois

Le village 3, un des 6 villages de la commune Gihanga, province Bubanza  n’est pas alimenté en électricité depuis le début du mois d’Octobre. Le transformateur de la REGIDESO  qui leur fait parvenir le courant électrique a été foudroyé. Une situation connue par toutes les autorités locales, affirment les habitants du village qui déplorent toutefois qu’aucune action n’a jusqu’ici été faite  pour éclairer de nouveau la localité.

Après deux mois  sans électricité, la population du village 3 dit enregistrer d’énormes pertes car toutes les activités nécessitant le courant électrique sont paralysées. ‘’Ceux qui ont les moulins pour moudre  le riz, le maïs et les maniocs, ceux qui ont les postes à souder ne travaillent plus. Vous comprenez que nous enregistrons des pertes énormes, de même que ceux qui vendent du lait dans des pâtisseries.’’ Regrette un des habitants du village.

Les habitants de ce village 3  de la commune  Gihanga  révèlent que  le responsable de la REGIDESO, la Régie de Production et de Distribution d’Eau et d’Electricité au Burundi,   leur a récemment fait savoir que les transformateurs comme celui qui a été foudroyé sont disponibles dans leurs stocks. Pourtant,  le même responsable n’a pas encore pris l’initiative de leur procurer cet autre transformateur pour qu’ils aient le courant électrique.

Nous n’avons pas pu avoir la réaction de Léopold Ndayisaba l’administrateur de la commune Gihanga. Toutefois,  dans une réunion tenue  samedi 02  Décembre, cette autorité a promis à sa population que le problème sera bientôt résolu, d’après nos sources sur place.

Kanyosha : Profanation des tombes du cimetière de Nyarunazi

Kanyosha : Profanation des tombes du cimetière de Nyarunazi

Depuis un certain temps  des croix mis sur les tombes du cimetière de Nyarunazi dans le secteur Kamesa,  zone Ruyaga de la commune Kanyosha en province Bujumbura sont arrachés par des gens jusqu’ici non encore  identifiés. Ces derniers temps  ils  endommagent même les tombes proprement dites. Les habitants de cette localité s’inquiètent surtout qu’ils ne savent pas encore l’objectif de ces actes.

Au départ les actes de profanation  des tombes dans ce cimetière du secteur Kamesa se limitaient  sur les croix implantées sur les tombes. Mais petit à  petit  ces actes commencent à prendre une autre ampleur.  ‘’C’est devenu beaucoup plus grave. Ces derniers jours, ils prennent même les  dalles couvrant les tombes, laissant les corps presqu’à la surface .On cherche tout ce qui est fer et surtout les croix.’’ Témoigne une source de la localité.

Ces actions inquiètent   les familles qui ont enterré les leurs dans ce cimetière et la population de Kamesa en général. Ils ne savent pas   les auteurs de ces actes de profanation et  leurs objectifs. ‘’Ça ne peut pas ne pas être inquiétant parce que les gens  ne comprennent pas les raisons de ce phénomène. Certains pensent à la sorcellerie  surtout que  l’on va jusqu’à ouvrir la tombe. Mais si c’est uniquement pour chercher les fers à vendre, je pourrais lier   cela à la pauvreté qui sévit dans les familles.’’

Des  administratifs locaux confirment ces faits.  Le cimetière de Kamesa et utilisé par la population de  Kamesa et ses environs y compris les habitants de la zone Musaga pour la plupart des familles démunies.

Cibitoke: Des rapatriés affamés  attrapés  en flagrant délit de vol

Cibitoke: Des rapatriés affamés attrapés en flagrant délit de vol

Affamés, certains des rapatriés de la commune Buganda en province Cibitoke commencent  à commettre des vols dans les champs d’autrui. Ceux qui ont été attrapés dernièrement  ont eu à effectuer de  lourds travaux pour les réparer les dégâts causés. 

Trois de ces burundais rapatriés de la République démocratique du Congo ont été surpris en train de voler dans les champs d’autrui le 18 de ce mois en cours. Il a fallu l’intervention de l’administration pour résoudre ce problème. Pour réparer les dégâts causés, ces  rapatriés  surpris en flagrant délit de vol  ont été sommés de cultiver  les terres  des victimes de ces vols.

‘’Trois d’entre eux ont eu  des problèmes. Ils ont  été surpris  en train de  voler  dans un champ des patates douce  à  Ruhagarika  parce qu’ils avaient faim. L’affaire  a été portée chez le  chef de secteur. Ces rapatriés ont  accepté la faute  expliquant  qu’ils avaient faim et  ne pouvaient plus se retenir. Alors ils ont demandé   à être pardonné  et   comme réparation il leur a été exigé de cultiver  des terres de les victimes’’, témoigne  un habitant de la commune Buganda.

La crainte de certains habitants de la  commune Buganda  est  que  ces rapatriés pourraient se  heurter un jour sur la justice populaire. ‘’ Dans ce pays, les cas de justice populaire sont fréquents. Nous entendons souvent des gens  tués  parce qu’attrapés en train  de voler dans les champs d’autrui. Alors nous craignons que ces rapatriés subissent le même sort.’’

Un de ces rapatriés demande au gouvernement de leur remettre leurs paquet-retour pour qu’ils puissent  refaire leurs vies.

‘’Nous comptions sur  le paquet-retour pour pouvoir nous réintégrer. Nous n’avons pas où aller sinon  personne n’aurait choisi les manguiers  comme abri. Ici, nous sommes en train de mourir de faim. Nous cherchons  même où trouver des taches mais nous n’en trouvons pas  et si, l’on en trouve nous ne parvenons  pas à gagner de quoi nourrir toute la famille. Nous envoyons   mendier nos  enfants. Certains d’entre eux rencontrent de problèmes.’’ Déplore ce rapatrié qui fait savoir que  7 enfants  sont portés disparus.

Martin Niteretse,  ministre ayant  l’intérieur dans ses attributions a  refusé de s’exprimer sur le cas de ces réfugiés privés du paquet-retour.

Ces burundais  ont été  rapatriés le 15 septembre de cette année. Ils étaient à peu près 500  avec 212 ressortissants de la commune Buganda. Ces derniers disent qu’ils sont de deux catégories  ceux réfugiés depuis 1993 et ceux réfugiés depuis l’éclatement de la crise liée au 3 mandat de feu Président Nkurunziza en 2015. Certains indiquent ne pas connaitre où se trouve les terres de leurs ancêtres et les autres indiquent qu’ils n’ont que des lopins de terres sans aucunes constructions.

 

Rumonge : La santé des habitants de Gitaza menacés par l’insalubrité

Rumonge : La santé des habitants de Gitaza menacés par l’insalubrité

Différentes sortes d’immondices entassées tout près du marché moderne de la colline Gitaza, commune Muhuta en province Rumonge inquiètent les commerçants et les citoyens qui fréquentent ce marché. Ils demandent aux administratifs de ne pas négliger ce problème puisque ces immondices peuvent être l’une des causes de l’épidémie récurrente de choléra dans cette localité.

Ce marché moderne situé sur la colline Gitaza en commune Muhuta est composé de deux marchés. Selon notre source, les Ndagala fumés sont étalés dans le premier marché tandis que le reste des marchandises est vendu dans le deuxième marché. ‘’Toutes les immondices provenant de ces deux marchés sont jetées à  dix mètres du deuxième marché. Ces immondices sont composées de noyaux, de feuilles, des peaux  d’avocats, de bananes et de mangues ainsi que des restes du manioc vendu.’’

Notre source fait également savoir que ‘’cette situation d’insalubrité à ce marché est  en plus  aggravé par des fossés, se trouvant tout près de ces immondices, dans lesquelles on déverse les déchets des latrines au moment de vidange. Ainsi, les eaux usées provenant de ces fossés se déversent directement dans le lac Tanganika situé à cinq mètres.’’

L’ironie du sort c’est que lorsqu’ il n’y a pas de l’eau de robinet dans ces toilettes, ils utilisent l’eau du lac pour faire la propreté. Par conséquent, ces toilettes dégagent des odeurs  nauséabondes et les mouchent pullulent, précise les habitants de Gitaza qui déplorent que ces latrines ne sont mêmes pas désinfectés.

Les commerçants et les citoyens qui s’approvisionnent dans ce marché s’étonnent de voir que les bureaux de l’administrateur de la commune Muhuta, le chef de zone Gitaza ainsi que celui du technicien de promotion de la santé sont à proximité de ce lieu mais ne font rien pour changer la situation. Ces habitants demandent à ces autorités administratives de ne pas continuer à négliger cette insalubrité qui serait la cause des épidémies répétitives de choléra dans cette commune.

Cette épidémie de choléra a réapparu en commune Muhuta depuis une  semaine et six cas ont été déjà enregistrés.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 140 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech